Le confinement a fait réfléchir certaines personnes sur les avantages et inconvénients de leur environnement, de leur mode de vie, leur a donné le temps de mieux ressentir leurs priorités… Il semble que cette période ait notamment donné des envies d’ailleurs à des personnes habitant à Paris ou en région parisienne. D’autres avaient déjà franchi le pas avant, fatigué(e)s du rythme et des contraintes de la vie parisienne. J’avais vu plusieurs relations partir ainsi au fil des mois vers Marseille, La Rochelle, Nantes,  Bordeaux, la Drôme… J’ai découvert qu’il existait même un podcast consacré spécifiquement aux personnes quittant Paris, Ciao Paris

Pour notre part, cela fait un bon moment que nous avons de sérieuses envies de mer et que nous les explorons. Aucune intention (ni les moyens !) d’acquérir une résidence secondaire, cela n’a jamais été notre truc de fuir Paris et le confort de notre chez soi chaque week-end. Aucune envie de partir en pleine campagne. Ni d’ailleurs de changer de métier, j’adore toujours autant le mien. Il n’est pas non plus question, en tout cas pour l’instant, de partir totalement : je ne me vois pas reconstruire une activité à partir de zéro ailleurs, et pas non plus consulter 100% à distance (même si je le fais bien davantage depuis le confinement). Ce que font par exemple deux super professionnelles dans leur domaine, la coach Sylvaine Pascual/Ithaque coaching ou la naturopathe Mélanie Duféey/Chaudron Pastel : il est clair que cela facilite le nomadisme !

On a réfléchi depuis un ou deux ans à différentes possibilités de vie partagée Paris/bord de mer, à différents lieux pas trop lointains en train, à l’organisation de vie que cela impliquerait. Nous n’avons trouvé aucune solution qui nous satisfasse. Donc, pour l’instant, la conclusion est de rester à Paris et d’y vivre bien, ce qui est globalement le cas aujourd’hui. Avec quelques escapades maritimes de temps en temps, dans la mesure de nos moyens.

Cherchant justement un lieu d’escapade en juillet, Le Havre est apparu un bon choix pour plusieurs raisons. Je voulais retourner au bord de la mer (après Trouville en juin) pour un long week-end, pas trop loin. Quand j’ai regardé, tardivement, les disponibilités et tarifs de train vers la Bretagne ou la Normandie, les tarifs étaient très élevés, voire l’offre limitée. J’ai donc pensé au Havre, ville agréable, relativement proche (avec des tarifs de train très raisonnables, en raison peut-être de la qualité très moyenne de la ligne…) et pas trop touristique. On avait découvert  et apprécié la ville et son architecture il y a trois ans, à l’automne 2017, on y était par hasard à l’occasion du 500e anniversaire de la ville, qui avait donné lieu à diverses manifestations. D’ailleurs, Le Havre fait partie des villes qui auraient peut-être pu convenir à cette vie balancée entre Paris et la mer…

On n’a pas vraiment fait de tourisme, on a pris notre temps, on s’est promenés, on a beaucoup marché, dans la ville, en bord de mer et le long du port, on a contemplé à nouveau l’architecture d’Auguste Perret on a aussi passé du temps aux terrasses des bistrots, une « activité » que j’aime beaucoup ! Et qui permet de ressentir un peu l’ambiance de différents quartiers.

On a passé deux nuits sur place, dont une à Sainte-Adresse. C’est la station balnéaire qui jouxte la ville (ça se fait à pied) et la vue sur la mer et les navires qui se dirigent vers le port y est magnifique . Je ne me lasse pas de contempler les variations du ciel et de la mer et j’ai pu là beaucoup le faire.

Côté repas, je n’ai pas le sentiment que Le Havre soit une ville très gastronome. On avait mangé dans un bon restaurant libanais la dernière fois mais l’opportunité ne s’est pas présentée d’y retourner. On n’a pas eu envie de refaire un repas chez l’étoilé local. On a mangé des bonnes moules-frites et on a globalement improvisé pour manger plutôt simplement sans dépenser trop d’argent. D’ailleurs, cela fait rire Monsieur qui imagine quelles belles économies de dépenses de restaurant je ferais si je quittais Paris !

Et vous, avez-vous eu récemment ou plus lointainement des envies de changer de ville ? De quitter Paris pour ailleurs ? Pour aller où ? Qu’est-ce qui vous motiverait ? Est-ce un rêve ou un peu plus ?

5 réponses
  1. chantal SEVESTRE
    chantal SEVESTRE dit :

    Il est vrai que la vie en province est bien différente et celle en bord de mer apporte encore un plus ! Le début demande un peu d’organisation puis le nouveau rythme est plus que positif même si il y a des allers-retours à la capitale. Pour moi par exemple Nantes-Paris 2 heures en TGV et pas de perte de temps durant ce laps de temps où l’on peut s’occuper. A méditer…
    Pour ce qui est des restos, là je n’en dirai rien !

    Répondre
    • Ariane Grumbach
      Ariane Grumbach dit :

      @chantal merci de ce retour. Le rythme doit en effet être assez différent, même si je vis déjà plutôt tranquillement à Paris… Je crois que Nantes est une ville fort agréable à vivre et, pour y être allée 2-3 fois, plutôt sympa côté bonnes adresses 😉

      Répondre
  2. chantal SEVESTRE
    chantal SEVESTRE dit :

    Je reviens pour une autre chose, dans une parution du 3 mars 2016 il était question du gateau au yaourt, demain je sors sur mon blog trois recettes de ce gateau et je me suis permise d’y ajouter votre article en disant bien entendu qu’il émanait de vous avec les références de votre blog… Un hasard, je nettoie mon ordi et de plus je suis à la recherche d’un article que vous aviez fait Cenwen-Isabelle Gillet

    Répondre
  3. chantal SEVESTRE
    chantal SEVESTRE dit :

    Vous aviez fait un article avec elle dans les années 20.. ? je suis tombée dessus par hasard et là je voulais en parler sur sa page « fin de mois difficile » mais je vais retrouver puisque j’ai tous vos billets depuis ? Bonne journée

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.