C’est quoi, le poids d’équilibre ?

,

Je poursuis (tranquillement !) la transcription (déléguée) de certains épisodes de BCBT Le Podcast. Ici, le 18e épisode qui était consacré à cette mystérieuse notion de poids d’équilibre. 

J’évoque souvent le sujet du poids d’équilibre avec les personnes qui viennent me voir, spontanément ou en réponse à leurs questions. C’est un sujet qui a été largement étudié par la recherche et mis en avant notamment par le Docteur Zermati. Ce n’est peut-être pas le terme qui vous est le plus familier. Il y a le poids idéal, le poids qu’on vise, le poids dont on rêve, le poids de forme, le poids santé, tout ce vocabulaire utilisé par mes patientes – même le « poids bonheur » dont on m’a parlé récemment. Sachez que tout cela n’est pas nécessairement le poids d’équilibre.

Le poids d’équilibre, c’est le poids qu’on maintient sans effort particulier, en mangeant selon ses besoins, c’est-à-dire en écoutant ses sensations alimentaires et en ayant une alimentation variée. Ce poids d’équilibre est très personnel, individuel, chaque personne a le sien, en fonction de sa morphologie, son ossature, sa musculature, sa taille, son métabolisme. Il n’y a donc pas de règle pour le calculer,  désolée ! Je me souviens avoir entendu dans ma jeunesse, et certaines personnes me le mentionnent encore aujourd’hui, qu’on devrait faire 10 kilos de moins que sa taille : peser 50 kg si on fait 1m60, 60 kg si on fait 1m70, etc. C’est plutôt rigide comme règle ! Je ne sais pas trop d’où ça sort et ça n’a aucune valeur scientifique. Vous allez aussi trouver d’autres formules, qui ont l’air très sérieuses :
formule de Laurens, de Creff, etc., mais qui sont en fait très générales et qui ne prennent pas en compte
le caractère unique de votre corps.

Tout cela pour vous dire que votre poids d’équilibre, votre poids naturel, ne se calcule pas. Si on vous propose de le faire sur internet ou ailleurs, n’insistez pas : vous êtes unique. Ceci-dit, vous connaissez peut-être quand même votre poids d’équilibre. Si vous avez maintenu,
pendant une assez longue période, un poids régulier – sans faire d’efforts particuliers, en mangeant
selon vos besoins, sans excès ni restriction – il est probable que c’est votre poids d’équilibre.

Autre élément à savoir, c’est qu’on ne peut pas se situer durablement sous son poids d’équilibre. Le corps a une forme de régulation parfaite pour maintenir ce poids, c’est-à-dire maintenir l’état de ses réserves énergétiques : cela le conduit à revenir toujours à ce poids d’équilibre, ce poids où il se sent bien, et si on peut dire, en sécurité. Comme je l’explique régulièrement, le corps a des réflexes qui datent de milliers
d’années – certes, qui ne sont pas forcément en phase avec le monde d’aujourd’hui ! Le corps fait des
réserves de gras, car il sait qu’il peut en avoir besoin, il préserve ces réserves pour des périodes où ça
sera plus compliqué. Dès qu’on est en dessous de son poids d’équilibre, et donc qu’on diminue ces
réserves, il envoie des messages pour qu’on mange plus et qu’on rétablisse ce niveau de réserve
nécessaire. Pour cette raison, si on mange moins ponctuellement, dans un épisode de stress, un jeûne, une gastro, etc., on retrouve naturellement son poids au bout de quelques jours – parce que le corps est fait pour retrouver naturellement cette régulation. Si on souhaite se situer en dessous de son poids d’équilibre, parce qu’on n’est pas satisfaite de ce poids, qu’on veut une silhouette plus mince, plus fine, et un poids inférieur associé, on se met en restriction, on fait des efforts, on se prive, on tient un moment mais le corps lutte, il n’aime pas ça, et dans la grande majorité des cas, finit par gagner et à nous obliger à revenir à ce poids. Donc il vaudrait peut-être mieux ne pas lutter…

D’un autre côté, on peut avoir un poids d’équilibre assez élevé pour des raisons génétiques et donc avoir
une silhouette assez ronde ou costaude. Mais aussi, souvent, on peut être au-dessus de son poids d’équilibre parce qu’on mange trop par arpport à ses besoins. Pas dans le cas où on mange trop de façon ponctuelle comme pendant la période des fêtes par exemple. Dans ce type de cas, ne vous inquiétez pas de prendre un ou deux kilos, vous les reperdez tout à fait naturellement par la régulation dont je parlais. En revanche si on mange trop régulièrement, si on mange tout le temps un peu trop (ou beaucoup trop) sur une longue période, peu à peu on prend du poids et on s’éloigne de son poids d’équilibre. Si on a pris quelques kilos, on peut les reperdre sans régime, en revenant à l’écoute de ses besoins, de ses sensations, en travaillant sur son comportement alimentaire – le travail que je fais avec mes patientes.

Mais parfois, il faut le dire,, si on a pris vraiment beaucoup de poids au fil des années, il n’est pas certain qu’on pourra revenir à son poids d’équilibre initial, parce que ce poids d’équilibre aura bougé. Que se passe-t-il ?
Comme je l’indiquais plus haut, le corps est programmé pour faire des réserves, sous forme de masse grasse. Petite parenthèse : tout l’excès calorique absorbé est stocké sous forme de gras, pas seulement le gras. Quelle qu’en soit l’origine, le mode de stockage est le gras. Le corps stocke des réserves dans des cellules graisseuses, qu’on appelle les adipocytes : ces cellules se remplissent de gras. Parfois, s’il y a trop de gras que ces cellules ne peuvent plus absorber, dans certains cas, le gras va aller se diffuser un peu dans les tissus. Dans d’autres cas, a priori assez fréquents, de nouvelles cellules graisseuses se créent pour pouvoir stocker ce gras en quantité importante. Et ces cellules ne disparaîtront plus.
Donc, quand on est en surpoids, quand on a beaucoup de kilos en trop, le corps stocke du gras à la fois dans les cellules existantes mais aussi parfois en créant de nouvelles cellules : dans ce cas,
l’accroissement du nombre de cellules graisseuses et donc des capacités de stockage peut entraîner un déplacement du poids d’équilibre vers un niveau plus élevé que le niveau initial.

Ainsi, deux personnes qui ont un surpoids équivalent ne pourront pas forcément perdre du poids de la même façon. Parce que si le poids d’équilibre a augmenté, que la structure de la masse grasse a changé, elles ne redescendront pas forcément toutes en dessous de ce nouveau poids d’équilibre. La perte de poids pourra dépendre de ça et aussi de l’histoire de poids, des régimes, du métabolisme, de tout un ensemble de facteurs. Donc si on mange beaucoup trop pendant longtemps, et qu’on change la structure de ces cellules graisseuses, il est probable qu’on ne pourra pas revenir totalement en arrière. C’est ce que disent les spécialistes : c’est à la fois une question de comportement alimentaire, mais il y a aussi parfois une maladie du tissu graisseux. Ça n’est pas encore complètement connu et expliqué mais on sait que ça existe. Si le poids d’équilibre a bougé, le système essaye de maintenir cette nouvelle valeur et de revenir à ce poids – qui est peut-être plus élevé que le niveau initial. Alors parfois les patientes en surpoids me demandent, inquiètes, si elles sont à leur poids d’équilibre – parce qu’elles ont lu les livres du Docteur Zermati ou d’autres. Je leur réponds que je ne sais pas. En fait, on le saura quand on aura fait un travail de fond sur le comportement alimentaire : l’écoute des sensations, ce qui fait trop manger. Ainsi,  clairement, si une personne mange beaucoup trop, et qu’elle n’a jamais faim, il est probable qu’elle est au-dessus de son poids d’équilibre et qu’elle a une marge pour revenir à un autre poids. Mais savoir où se situe son poids d’équilibre, ça, ce n’est pas possible. Je suis désolée de vous mettre ainsi dans une espèce de flou mais je préfère vous dire la vérité, et quelqu’un qui vous donne une réponse trè affirmative quand vous lui dites « moi je voudrais atteindre 55, 60 ou 70 kilos » et qui vous dit que c’est possible, je pense qu’elle n’est pas tout à fait honnête avec vous, si je peux me permettre.

Aussi, en vous disant tout ça, je voudrais vous faire passer quelques messages. Tout d’abord qu’on ne
choisit pas son poids, et si vous n’êtes pas contente de votre poids naturel, de votre poids d’équilibre, il vaut mieux essayer de travailler à accepter la silhouette qui va avec plutôt que de dépenser beaucoup d’énergie à descendre en dessous de votre poids d’équilibre parce que c’est très probablement voué à l’échec sur la durée. La deuxième chose c’est que si vous avez pris du poids, ça serait intéressant – je sais que c’est compliqué parfois – de vous en occuper sans régime avant que des dizaines de kilos s’accumulent, parce qu’après ce sera encore plus compliqué.

Enfin, si vos enfants mangent normalement, et que visiblement ils sont à leur poids d’équilibre, même si leur silhouette ne vous satisfait pas complètement, même si ce n’est pas celle dont vous rêviez, laissez-les tranquille !

8 réponses
  1. BRANZAKOVA DELAGE Denitsa
    BRANZAKOVA DELAGE Denitsa dit :

    Bonjour Ariane,
    Merci pour cet article qui résume un bon nombre de difficultés rencontrées lors d’une prise en charge pour perdre de poids. Je suis également diététicienne et dans ma pratique (non adepte aux régimes amaigrissants et personnelle avant tout), nombreux sont les personnes qui souhaitent perdre de poids avec un régime restrictif. Ne pas avoir la main sur son propre corps, son poids, est vécu comme inconcevable. Donc, lorsque je conseille de commencer par une écoute de ses sensations corporelles, voire une approche psychologique, « ça ne passe pas », si je peux me permettre. Le poids serait une question de volonté, de contrôle. Une bonne compréhension des mécanismes en jeu nécessite du temps et, surtout, un discours cohérent et coordonné des professionnels de santé et des médias. Merci encore de votre partage.
    Bien à vous,
    Denitsa

    Répondre
    • Ariane Grumbach
      Ariane Grumbach dit :

      @Denitsa merci de votre message, j’ai une approche globale et personnalisée du comportement alimentaire et j’incite à persévérer et je travaille sur la motivation de la personne

      Répondre
  2. Clémentine
    Clémentine dit :

    Bonjour,
    Merci pour cet article. Je me demandais si cela s’appliquait aussi dans le cas contraire de la recherche de prise de poids. Si quelqu’un a perdu du poids, et que ce poids est resté faible pendant quelque temps (un ou deux ans par exemple), quels mécanismes entrent en jeu par rapport au poids d’équilibre ? merci

    Répondre
    • Ariane Grumbach
      Ariane Grumbach dit :

      @Clémentine en effet, que l’on soit en-dessous (quelle que soit la raison) ou au-dessus de son poids d’équilibre, le corps est « programmé » pour y revenir si on l’écoute en termes de sensations alimentaires. Cela peut prendre du temps mais il m’est difficile de vous répondre plus précisément sans avoir une connaissance spécifique de la personne

      Répondre

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.