Ariane Grumbach l'art de manger

Pour ou contre le buffet à volonté ? Ou un dîner chez BOULOM

Je ne fréquente pas les buffets à volonté à Paris. Je n’ai aucune envie d’aller par exemple dans les buffets asiatiques à volonté tarifés une quinzaine d’euros. Si un prix raisonnable est proposé pour une grande quantité, cela indique forcément une moindre attention à la qualité des produits… Or, je préfère privilégier un repas de qualité adapté à mon appétit.

Mes souvenirs de buffet récents sont principalement liés aux vacances au Japon : dans les hôtels plutôt modernes de ville (business hotels) ou de zone touristique, il y a fréquemment un vaste et varié buffet de petit déjeuner. Il est plaisant d’y prendre des mets variés en petite quantité pour découvrir des saveurs nouvelles.

Puis j’ai entendu parler de B.O.U.L.O.M, une nouvelle adresse de Julien Duboué, « chef landais et parisien » (j’avais déjà déjeuné dans deux de ses adresses, Afaria et ANoste). Je suis allée en début d’année à la boulangerie (B.O.U.L.O.M = BOULangerie où l’On Mange) pour y quérir deux parts d’une appétissante brioche des rois. Mais je ne me sentais pas trop tentée de pousser plus loin la découverte du buffet se cachant derrière la boulangerie, pour les raisons indiquées ci-dessus, malgré les retours très positifs lus ici et là.

Et puis notre cher ami du Japon, de passage à Paris, nous a proposé de nous retrouver à dîner un dimanche. Pas le meilleur moment pour avoir un large choix de restaurants ! J’ai pensé à quelques-uns et puis j’ai sollicité mon réseau de gourmets. Plusieurs ont parlé de B.O.U.L.O.M et cela m’a décidée à essayer, d’autant qu’un buffet avait des bonnes chances de satisfaire les cinq convives éclectiques que nous étions.

Nous sommes donc arrivés chez B.O.U.L.O.M et avons découvert la vaste salle cachée derrière la boulangerie.

On a été installés au bout d’une longue table et on a fait le tour du buffet. C’est une des choses que je recommande à mes patient(e)s qui ont l’occasion de fréquenter des buffets : ne pas se précipiter, prendre le temps de regarder les différents plats proposés pour évaluer tout ce que l’on a envie de goûter, en prenant en compte les desserts si on aime ça. On peut ainsi adapter les quantités d’entrées/plats/desserts pour ne pas manger des quantités qui pourraient rendre l’après-repas pénible. Dans ce contexte, il me parait intéressant de concilier :

  • ce qu’on a vraiment envie de manger
  • ce qu’on n’a pas l’habitude de préparer chez soi

Je disais plus haut ne pas être attirée par les buffets. Pourtant, ils répondent à un de mes plaisirs à table : manger très varié. J’ai ainsi composé une assiette d’entrées éclectiques « terre et mer », et chacun a fait de même (on peut arriver à composer une assiette végétarienne si on le souhaite) : prendre des petites qauntités permet de goûter des mets divers et éventuellement de reprendre ce qu’on a vraiment beaucoup apprécié (ce que je n’ai pas fait ce soir-là).

Ariane Grumbach l'art de manger

J’ai ensuite pris une assiette de plats chauds pas très copieuse (une tranche de du saumon en brioche et des accompagnements) car ce n’était pas ce qui me tentait le plus. Puis une assiette de desserts (riz au lait, mousse au chocolat, tartes).

Ariane Grumbach l'art de manger

Ariane Grumbach l'art de manger

Tous les mets que j’ai goûtés étaient plaisants, les produits sont de qualité (Julien Duboué fait venir la grande majorité des produits de producteurs qu’il connait bien dans le Sud-Ouest), on fait un très bon repas, agréablement varié.

Je trouve que cela correspond assez au prix, pas minime  : 29 euros le midi (avec possibilité d’une repas express en 35 mn à 19 euros, je serais assez curieuse de voir ce que cela donne sans me presser outre mesure, et a-t-on un minuteur dédié ?!), 39 euros le soir.

Par ailleurs, Julien Duboué est soucieux d’éviter le gaspillage alimentaire et d’éduquer les clients sur ce sujet. Ainsi, pour éviter que les clients ne se servent en excès et en laissent dans leur assiette, il a décidé de facturer les restes non mangés au poids (2 euros/100g).

Vous pouvez d’ailleurs l’écouter dans l’émission La Quotidienne, consacrée aux buffets à volonté, diffusée, hasard amusant, le lendemain de notre dîner. Julien Duboué apparaît plein de bon sens, ce qui est un peu moins le cas des personnes qui ont demandé à la pauvre diététicienne présente de comparer deux menues entrée-plat-dessert selon leur apport calorique alors que, par définition, dans un buffet, on ne mange pas un repas structuré ainsi.

En résumé,

  • en amont, si des amis ou collègues vous proposent d’aller dans un buffet à volonté et que cela ne vous dit pas, vous pouvez tenter une contre-proposition,
  • si vous y allez quand même, prenez le temps de faire le tour complet du buffet y compris la partie desserts si vous aimez ça, pour repérer ce qui vous tente,
  • servez-vous des assiettes pas trop copieuses avec des petites portions, en vous donnant la possibilité de revenir vers ce qui vous a le plus plu,
  • avant de retourner faire un tour au buffet une fois votre assiette vide, prenez le temps d’interroger votre faim.
  • si vous avez envie de manger en excès, simplement parce que vous avez payé, pour « en avoir pour votre argent », demandez-vous si cela en vaut vraiment la peine,
  • si vous avez un peu trop mangé, attendez le retour de la faim pour le prochain repas.

Bref, ni pour ni contre : tout dépend du restaurant, de son rapport qualité-prix et de votre façon d’appréhender la chose…

Et vous, quelle expérience avez-vous des buffets à volonté ?

Boulom 181 rue Ordener, Paris 18e

 

8 réponses
  1. Erika
    Erika dit :

    Sujet intéressant ! Dans ma « jeunesse », j’aimais bien les buffets, et je pouvais manger un peu plus sans me sentir alourdie. Et ça avait le mérite de convenir aux gros appétits qui m’accompagnaient.
    Désormais, je privilégie la qualité et la quantité, et c’est assez difficile de trouver une adresse qui propose un buffet sans rogner sur la qualité des plats (effectivement, asiatique à 15 euros qui sert du décongelé, à fuir !!).
    Une bonne adresse cependant « La vietnamienne Gao » à Ivry sur Seine, buffet gourmet, bon et frais. Je ne me souviens plus du prix, de mémoire un peu plus de 20 euros. J’y suis allée il y a deux ans, j’espère que l’esprit a demeuré.
    Je suis tout à fait d’accord avec ton analyse et ton résumé ! Ça s’applique aussi pour les menus, dont le prix peut être alléchant, mais il faut éviter de se sentir forcé si on ne veut que le plat principal, par exemple.

    Répondre
    • Ariane
      Ariane dit :

      @Erika merci beaucoup pour ce commentaire et pour l’adresse. En effet, je parle souvent aux personnes qui me consultent de réfléchir à leur faim et leurs envies avant de choisir une formule ou un menu tout compris

      Répondre
  2. Cathy75
    Cathy75 dit :

    J’ai trouvé très intéressant cet article relatant votre expérience chez BOULOM. Personnellement j’ai en horreur les « buffets à volonté » pour 3 raisons :
    – l’hygiène : vu trop souvent des client(e)s remettre dans le plat avec leurs doigts la nourriture tombée à côté…. Prendre certaines choses avec les doigts, tousser juste au-dessus des plats etc… pour moi c’est rédhibitoire.
    – la qualité des produits en général médiocre
    – le spectacle « j’en veux pour mon argent » de ceux qui se servent plusieurs assiettes qui débordent pour finir par en jeter une bonne partie à la poubelle…
    Faire payer ce qu’on n’a pas mangé en voilà une bonne idée ! Et merci pour vos conseils plein de bon sens comme toujours!

    Répondre
    • Ariane
      Ariane dit :

      @Cathy merci beaucoup pour votre commentaire, je comprends tous ces freins, je fréquente tellement peu les buffets que je n’ai pas trop l’habitude de ce spectacle ! Chez Boulom, les aliments sont disposés sur des buffets de telle façon qu’on ne peut pas trop être au dessus je crois…Sinon, j’essaie vraiment d’inciter les personnes qui viennent me voir à écouter leur appétit et donc réfléchir si aller dans un buffet en vaut la peine…

      Répondre
  3. La semaine d'une gourmette
    La semaine d'une gourmette dit :

    Comme vous, je n’aime pas les buffets d’habitude. J’ai un souvenir impérissable (!) d’un buffet sur un bateau où j’ai croisé une dame qui venait de se servir et portait deux assiettes hyperpleines superposées (beurk !).
    Mais de temps en temps, on croise un buffet bien fait, appétissant, et je fais comme vous, un petit tour pour tout voir, puis une première assiette avec très peu de plusieurs choses, puis une deuxième assiette avec ce que j’ai particulièrement aimé.
    A Lausanne, où j’habite, le restaurant Côté Jardin du Lausanne Palace propose un très joli buffet méditerranéen, si jamais.

    Répondre
  4. Julie
    Julie dit :

    Salut Ariane ! Alors je déteste les buffets. Car, comme tu le soulignes, on se rend beaucoup moins compte des quantités, et j’ai aussi plus de mal à composer une assiette équilibrée. Enfin, je n’aime pas manger plein de goûts différents au cours du même repas, ça me sature assez vite les papilles et ça m’écoeure à la fin. Du coup maintenant, quand je suis à un buffet de petit-déjeuner à un hôtel, ou à un cocktail déjeunatoire par ex, je ne prends qu’une ou deux propositions, que je choisis pour aller ensemble, et j’en prends en plus grande quantité.
    J’ai aussi beaucoup entendu parler de BOULOM, et ton témoignage confirme ce que j’en avais entendu, mais ça ne me tente pas des masses compte tenu de ce que je viens de dire plus haut.

    Répondre
    • ARIANE
      ARIANE dit :

      Bonjour Julie, merci beaucoup pour ce retour, on n’est pas obligé(e) d’aimer ça en effet. Si on écoute son appétit et qu’on se limite à 2-3 propositions, ce n’est sans doute pas le mode le plus adapté et le plus « rentable »… En revanche, pour rappel, l’équilibre se fait dans la durée donc on n’est pas obligé de faire une assiette équilibrée

      Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.