Petite utopie féministe : le jour où la diversité corporelle aura gagné…

Paris, vers 2048

Il est midi. Aurélie part déjeuner à la cantine de sa petite entreprise. Il y a un choix de deux plats, dont un végétal, qui viennent tout juste d’être préparés par le cuisinier et son équipe. Aurélie aime manger là car les repas sont préparés sur place tous les jours avec des produits frais, livrés chaque matin par un groupement de paysans locaux. Pour chacun des plats, trois tailles de portion sont proposées pour qu’on puisse manger selon son appétit sans gaspiller et selon ses envies de compléter le plat par une entrée ou un dessert. Aurélie déjeune tranquillement puis quitte les lieux. Elle a organisé sa semaine de travail pour avoir cette après-midi libre, elle a cette souplesse : l’entreprise est attachée au travail réalisé et non au temps passé. Elle va rejoindre son amie Julie pour une séance de shopping, ce qu’elle pratique rarement, étant heureuse avec une garde-robe limitée.

Marchant tranquillement, elle regarde autour d’elle avec plaisir la diversité des personnes, des âges, des styles, personnes souvent habillées de façon colorée et harmonieuse. Il y a des personnes aux silhouettes diverses mais pas de personnes très grosses et peu également de personnes très très minces. Elle a justement lu un article récemment à ce sujet : le taux de personnes en surpoids a chuté spectaculairement depuis une dizaine d’années. Cela s’est fait sous l’effet conjugué d’une politique d’éducation gustative et culinaire dans les écoles, avec implication des familles, et de la disparition des grands industriels aussi bien de la malbouffe que du marché de la minceur obsédante qui fait grossir. Les magazines féminins ont également disparu, ne pouvant plus compter ni sur des lectrices qui ont progressivement cessé de les acheter il y a 15-20 ans, ni sur l’industrie de la mode et la beauté, délaissée massivement. Celle-ci a cédé la place à une masse de petites entités artisanales de proximité proposant des produits naturels et sur mesure. Les femmes prennent soin d’elles-même en toute liberté, avec une recours varié aux produits de beauté.

Aurélie retrouve Julie et elles se dirigent vers la boutique pour trouver une robe. Elles ont des silhouettes très différentes, l’une petite et fine, l’autre grande et aux épaules carrées. Toutes les deux le vivent bien car la diversité des corps féminins s’est désormais imposée dans le paysage, comme un non-standard. Les femmes acceptent leur morphologie naturelle car elles n’ont plus l’influence de modèles standardisés. Les deux amies savent qu’elles vont trouver leur bonheur là car la boutique propose des vêtements sur mesure. Chacune choisit une robe qui lui plaît et ensuite, une des vendeuses scanne leurs dimensions pour réaliser une robe exactement à leur taille. Le patron va être découpé et cousu sur la base de ces mesures et la robe leur sera livrée sous 2-3 jours. Il n’y a donc pas de limite de taille, chacune trouve son bonheur en fonction de sa morphologie.

Aurélie et Julie vont boire un verre puis Aurélie se dirige vers chez elle. Son mari, qui travaille à domicile, est passé chez leur petit épicier faire quelques achats, qui complètent des légumes de leur mini-potager. En effet, dans la plupart des rues, de petits espaces sont dédiés à un peu de culture individuelle ou partagée. C’est lui qui va préparer le repas, ils se relaient selon les jours. Aurélie va embrasser sa fille ado, en train de faire ses devoirs. Celle-ci l’interroge : « j’ai un devoir à faire en histoire des sociétés, ça parle de diktats beauté et de régimes, je ne comprends pas bien de quoi il s’agit, tu sais ce dont on parle ? ». Aurélie sourit : oh, c’est une vieille histoire oubliée, je vais t’expliquer… ».

23 réponses
  1. Danielle
    Danielle dit :

    Hélas, j’aurai 99 ans en 2048, je serai ravie pour mes belle fille et petites filles.
    Bravo Ariane, pour votre vision optimiste du futur, puissiez vous avoir de nombreux(ses) lecteurs(trices)et surtout suiveurs(euses).

    Répondre
  2. Denitsa Branzakova
    Denitsa Branzakova dit :

    Vous m’avez fait sourire! Cette douceur de vivre doit avoir sa chance d’exister un jour! Grâce à vous, à nous tous, la prise de conscience se fait. Continuons de faire des petits pas vers la bonne direction sans scepticisme. Belle été

    Répondre
  3. ✩ Mély ✩
    ✩ Mély ✩ dit :

    Quel bonheur la lecture de cet article…

    Si cela se fait, cela se fera progressivement.
    Si cela se fait, il est certain que ce sera grâce à des acteurs… dont tu fais partie, et pour lequel ton travail apporte tant ♡

    Je ne sais pas si tu connais la marque « Mue Store » ? Une jeune femme, du nom de Prunelle, a créé ce concept.
    Elle confectionne des robes et des jupes sur mesure, en fonction du corps de chaque femme.
    On peut choisir le tissu, le type de manche, de décolleté, de tombé de la jupe ou robe, de sa longueur, etc.
    Sur son site, on y voit plusieurs modèles, mais deux reviennent souvent : elle et une autre modèle dont les courbes sont généreuses.
    Tout est fait à Paris, dans leur atelier.

    Bise Ariane !

    Répondre
    • Ariane Grumbach
      Ariane Grumbach dit :

      @Mély oh merci beaucoup pour tes mots ! Merci aussi de me faire connaitre Mue Store. Je ne l’ai pas préciséé, dans mon utopie, l’usage à bon escient de la technologie permet des prix très raisonnables 😉

      Répondre
    • Ariane
      Ariane dit :

      @Faustine oh merci beaucoup, cela me fait vraiment très plaisir d’avoir permis cette petite rêverie ! Maintenant, il y a à passer au réel pas à pas 😉

      Répondre
  4. Blanche
    Blanche dit :

    J’adore ce texte. Qu’est-ce que j’aurais aimé les plats en trois tailles de portion à la cantine ! J’ai arrêté d’y manger en partie à cause de ça.
    Pour les vêtements, je remarque que les trentenaires proches de moi s’habillent de plus en plus dans les friperies, avec style.

    Répondre
  5. Anita
    Anita dit :

    Bonjour,
    J’ai découvert votre livre par hasard, sur Facebook, « La gourmandise ne fait pas grossir » et je me suis empressée de le commander à ma libraire.
    J’ai enfin pu m’y mettre. J’adore !
    Je me sens en phase avec ce que je lis !!!! Je serai ravie le coller sous le nez de certaines personnes « régimeuses ».
    Je vous qualifierais de psycho-nutritionniste de talent.
    Merci pour le livre, un très bon moment lecture et plaisir et cette merveilleuse utopie.
    Très belle journée à tous.

    Répondre
    • Ariane Grumbach
      Ariane Grumbach dit :

      @Anita oh tellement merci, que vous me faites plaisir d’avoir lu mon livre et de l’apprécier ainsi, que c’est adorable, merci merci pour tous vos gentils mots !!! Et merci d’avoir aimé aussi cette utopie

      Répondre
  6. Cathy
    Cathy dit :

    Merci Ariane de mettre beaucoup de bon sens et un peu de légèreté dans un monde ou les diktats font beaucoup de mal. La perspective d’un nouveau monde bienveillant donne de l’espoir pour nos filles et petites filles. Vos articles m’inspirent beaucoup depuis plusieurs années déjà et j’espère un jour pouvoir vous rencontrer afin d’avancer dans ma démarche de mieux être.

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.