Ariane Grumbach - L'art de manger

Souvent, quand on me demande si le Japon est cher, je réponds surtout qu’il y a un éventail de prix extrêmement étendu. C’est notamment vrai pour la nourriture : les repas dans les restaurants les plus raffinés peuvent atteindre des sommets mais on peut bien manger pour des prix très raisonnables voire fort étonnants. Quelques exemples tirés de notre récent voyage.

Le record

En balade à Arita, ville moyenne plutôt touristique du fait de sa place dans l’histoire de la céramique japonaise, sur le coup de 13h, nous nous soucions de déjeuner. Rien à l’horizon dans la longue rue anciennement dédiée aux céramistes. On interroge des passants et on nous indique un restaurant un peu plus loin, qui semble être un peu seul. On entre, nous sommes très gentiment accueillis (par des personnes qui sont en fait des clients, voir plus bas) et on prend un des deux seuls plats de la carte, une soupe de udon (pâtes) et algues wakame. C’est bon, réchauffant, nourrissant. Et au final, combien ça coûte ? 150 yen ! Soit un euro !!!! Vous avez déjà mangé un vrai plat, assis à table, en France pour ce prix-là ? Notre ami qui vit depuis longtemps au Japon nous expliquera que c’est un exemple de la déflation à la japonaise, de la non-capacité du Japon à augmenter les prix pendant des années. J’ai d’ailleurs lu récemment que le Premier Ministre japonais mettait en place des mesures pour favoriser les hausses de prix. Alors peut-être ce prix est-il le même depuis un siècle ! Par ailleurs, pour cette fort modique somme, on a rencontré deux personnes adorables, en charge du tourisme et de la promotion de la ville, qui nous ont ensuite emmené visiter quelques lieux clés de l’endroit (je n’ai pas pensé à faire une photo de ce plat économique, tout à fait présentable).

La pause gourmande

A chaque voyage au Japon, je vois de ces petites fabriques où l’on peut observer à travers la vitrine les étapes de fabrication de diverses spécialités sucrées, souvent une sorte de pâte à gaufre farcie de purée de azuki. Cette fois, en promenade dans Kagoshima, j’ai proposé qu’on en goûte, on en prend un chacun, c’est 100 yen pièce (70 centimes d’euro). On s’apprête à les emporter et la vendeuse nous demande si on veut manger sur place. Pourquoi pas, alors on nous installe et on nous apporte un thé. Tout cela donc pour 70 centimes ! Cette attention est peut-être due au fait qu’au Japon, cela ne se fait pas de manger en marchant.

P1110155bis.jpg

Le petit déjeuner

En France, le petit déjeuner d’hôtel coûte souvent un prix qui me parait démesurément élevé au regard de ce qui est proposé. Au Japon, il y a toute une gamme de prix mais on a pour son argent.

Pour 350 yen (2,40 euros), un petit déjeuner semi-occidental dans une sorte de café-bar avec pain de mie japonais toasté, salade fraîche et croquante, œuf ou yaourt, café. Pour ce prix, si on s’asseoit à une table dans un café parisien, on a… le café.

P1110062.jpg

Pour 1000 yen (moins de 7 euros), on a un petit déjeuner d’hôtel de très bonne qualité, avec les basiques du petit déjeuner japonais servis à table dans un cadre plaisant et un buffet de petites salades japonaises, du tofu, et, si on le souhaite, des éléments occidentaux (œufs  brouillés, saucisse…).

P1110145.jpg

Le repas

Un exemple : alors que les soba sont très coûteuses à Paris, que ce soit chez Sara, nouvellement installé ou chez Yen, présent depuis des années. Au Japon, c’est un plat tput à fait basique et des « zaru soba » (soba agrémentées de nori et servies froides avec une sauce) sont autour de 500-600 yen. Si on prend un menu de soba et tempura (cf photo), ce qui fait un repas vraiment nourrissant, on s’en tire, dans un restaurant simple mais bon, pour 900 yen (6,20 euros).

japon,coût de la vie au japon,cuisine japonaise,petit déjeuner japonais,bien manger au japon,vacances au japon

Et même gratuitement…

Au Japon, on aime vous faire goûter pour vous convaincre d’acheter un produit. Alors, si on est vraiment fauché, on peut arpenter les rayons alimentaires au sous-sol des grands magasins vers l’heure du déjeuner et on doit pouvoir se constituer quasiment un repas avec plein de petites bouchées (poisson, légumes, tofu, spécialités diverses…). Ne pas abuser quand même de la gentillesse des vendeurs.

2 réponses
  1. SimmoniDW
    SimmoniDW dit :

    Je suis bien d’accord il y a tout un éventail de tarif pour le budget repas. J’ai été agréablement surprise la 1ère fois que je suis allée au Japon.On peut également manger sur le pouce pour pas cher du tout (800-1000 yen) histoire de varier et en fonction de notre programme.

  2. Ariane
    Ariane dit :

    @SimmoniDW en effet, on ne s’y attend pas forcément car le Japon a l’image d’un pays cher (qu’il est pour d’autres choses)

Les commentaires sont désactivés.