Ariane Grumbach l'art de manger

Le fil d’Ariane n°8

Vendredi, au moment où parait ce Fil d’Ariane, je suis à Lille, à l’occasion des Entretiens de Nutrition de l’Institut Pasteur. Cela a un coût certain mais j’y vais depuis plusieurs années, un jour ou les deux, et j’y apprends toujours des éléments intéressants. Sans compter le plaisir de passer un moment à Lille, de revoir la fantastique Darya

Avant cela, ces deux semaines furent plaisantes et riches.

Je bouge donc

Il y a deux semaines, je vous l’avais dit, j’étais en Ardèche, à l’occasion de la Bio dans les Etoiles.

J’ai eu le plaisir de trouver mon livre en bonne place…

Ce fut vraiment un bon moment (à part l’aspect gastronomique peut-être ! On ne peut pas tout avoir…). Je vous raconte ça très bientôt.

J’ai assisté

avec intérêt à une conférence de la médecin-psychothérapeute Nathalie Rapoport-Hubschman, qui présentait les grandes lignes de son livre « Les barrières dans la vie d’une femme« . Elle a notamment évoqué un sujet que je connais bien, la pression qu’on se met pour se conformer au modèle de minceur ambiant.

Ariane Grumbach l'art de manger

Nathalie Rapoport-Hubschman a montré qu’ironiquement la première proposition de couverture qu’on lui avait faite était en plein dans les standards d’extrême minceur…

Elle a insisté aussi insisté sur l’importance de prendre soin de soi (sujet que j’aborde très souvent avec mes patientes qui travaillent beaucoup, ont des enfants…) et j’ai apprécié sa métaphore : quand il y a une difficulté en avion, on met d’abord son propre masque à oxygène avant de pouvoir aider les autres (visiblement, métaphore pas très nouvelle vu les retours eus sur les réseaux sociaux de personnes qui l’utilisent aussi).

Ariane Grumbach l'art de manger

J’ai eu la double chance :

  • de gagner via Instagram une des dix places à un délicieux petit déjeuner atelier, autour de la transmission et du féminin, initié par Lili Barbery-Coulon. Cela se passait au Maisie Café (lieu super healthy vegan sans gluten, mais néanmoins charmant !) : on a découvert les produits de beauté de l’Odaïtès, une jolie marque créée par trois soeurs pour perpétuer les secrets de beauté de leur grand-mère, issus de la nature. On a écouté Camille Sfez, l’auteure du passionnant livre La puissance du féminin. Et on a beaucoup échangé autour du bien-être, de la beauté, des femmes, de prendre soin de soi…

Ariane Grumbach l'art de manger

  • d’être invitée par Mathilda Motte, la charmante et talentueuse créatrice de la Maison du Mochi, à déguster trois sortes de mochi en vue de choisir le parfum du mois prochain. Un des trois parfums s’est détaché clairement pour moi et les autres étaient plutôt d’accord. A découvrir en juillet.

Ariane Grumbach l'art de manger

J’ai écouté

d’ailleurs avec intérêt le récit de Lili Barbery sur sa réconciliation avec son corps (qu’elle avait racontée sur son blog), sur le podcast Beauty Toaster. Un récit de tourments des régimes si similaire à celui de nombreuses patientes… Et l’occasion de découvrir un nouveau podcast (encore !).

J’ai appris

la mort de la mère de Chihiro Masui, je ne la connaissais pas mais elle semblait être une femme extraordinaire, d’après quelques anecdotes, et le critique gastronomique François Simon lui a rendu un joli hommage. Sa fille Chihiro a de qui tenir, côté finesse d’analyse gastronomique et talent d’écriture.

J’ai été conviée

à l’inauguration mardi (récit de celle de 2015) de la 4e édition du très gourmand Bac Sucré, initiative lancée par ma très active copine Florence, et qui fédère le quartier, sans doute le plus sucré de Paris, du 13 au 17 juin. Malheureusement, je ne suis pas disponible samedi matin pour assister à la conférence du chercheur Christophe Lavelle sur le « sucre vert » ou sucre durable.

Ariane Grumbach l'art de manger

J’ai savouré et cuisiné

des aubergines sous diverses formes, un signe que l’on passe doucement du printemps à l’été… A la parmesane ou à la japonaise avec sauce miso par Monsieur, grillées (avez zaatar, citron et huile d’olive) et en purée de mon côté. Ce fut toujours délicieux.

Ariane Grumbach l'art de manger

Ariane Grumbach l'art de manger

Et sinon, je regarde pousser mes herbes aromatiques qui ont eu la malchance d’être toutes jeunes sous la violence des grêlons mais qui ont partiellement survécu

Ariane Grumbach l'art de manger

2 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.