Bonnes fêtes ! Régalez-vous sans stress

Je suis paresseuse, c’est une de mes caractéristiques (je ne me prononcerai pas pour dire si c’est une qualité ou un défaut ;-)), je n’ai donc pas écrit un nouveau billet spécial repas de fêtes. J’ai fait une compilation de ce que j’avais déjà raconté sur le sujet ! 

Selon le temps dont vous disposez, vous pouvez ainsi lire :

Les 3 mots-clés de cette période

ENVIES : lors d’un repas festif composé d’une multitude de plats, vous avez sûrement des préférences : ce sont les plats que vous pouvez privilégier, et zapper ou consommer en quantité réduite les autres, pour limiter les excès.

CONFORT : même s’il y a souvent un ou plusieurs repas durant cette période où l’on mange trop, on peut essayer de limiter les désagréments (et les kilos en plus) en se fiant à ses sensations corporelles : si on sort de table à peu près confortable, sans se sentir trop lourd(e), c’est que l’on a su rester relativement modéré(e). Et on n’est pas obligé(e) de suivre le mouvement général de ceux qui se resservent et n’en peuvent plus ! En plus, on dormira d’autant mieux !

REGULATION : quand on mange trop quand même car cela arrive forcément, on accumule un stock d’énergie et on peut attendre de l’avoir consommé avant de remanger, c’est-à-dire qu’on attend d’avoir à nouveau faim. Ce sont donc des circonstances où l’on peut sauter un repas ou se contenter d’un petit bouillon : c’est normal !

Ou alors les mots d’une sorte d’abécédaire des fêtes

Que les AGAPES soient à votre goût

Evidemment, pas de BALANCE le lendemain des repas de fête !

Oubliez la CULPABILITE, elle ne sert à rien !

DETENDEZ-vous même si les repas de famille vous pèsent

Ecoutez vos ENVIES !

Attendez d’avoir à nouveau FAIM si vous avez trop mangé.

Prêtez attention au GOUT des aliments dès les premières bouchées

Appréciez les plaisirs de l’HIVER

Buvez des INFUSIONS ou des thés à votre goût

Préparez de JOLIES tables

N’ayez pas peur de prendre un KILO et quelque, il repartira vite

Faites des LOUANGES aux personnes qui reçoivent et ont cuisiné avec talent

Appréciez une MARCHE tonifiante

Passez un joyeux NOEL !

Ne vous sentez pas OBLIGE(E) de manger ce que vous n’aimez pas

Faites-vous PLAISIR !

Pensez QUALITE plutôt que quantité

REPOSEZ-vous

SAVOUREZ des mets délicieux avec attention

Essayez de sortir de TABLE sans inconfort déplaisant

Bonnes VACANCES si vous en prenez !

Ou plus longuement, les mêmes idées plus en détail…

Si vous avez des festivités en vue, amicales, familiales, en petit comité ou grande tablée, surtout pensez au plaisir de passer un bon moment et pas aux kilos que vous pourriez prendre. Ne vous stressez pas ! Si vous mangez trop dans cette période, ce qui est fréquent, ce surplus se régulera naturellement par la suite.

Un élément de plus en plus fréquent, c’est la variété des habitudes alimentaires et leur affirmation en toute circonstance : essayez de conjuguer tolérance et souplesse. Soyez tolérant(e) si ce n’est pas vous qui refusez un plat. De votre côté, soyez un peu souple si c’est possible et rassurez aussi les hôtes sur le fait que vous n’allez pas mourir de faim si c’est vous qui ne mangez pas du chapon pour cause de néo-végétarisme ou de la bûche riche en gluten, n’exigez pas un changement de menu !…

Ne vous affamez pas en amont, ne sautez pas de repas, vous risquez d’être mort(e) de faim deux heures avant le repas… Pensez à l’heure à laquelle vous allez dîner/déjeuner réellement pour ne pas vous jeter sur l’apéritif, en le regrettant ensuite devant les plats tentants du repas lui-même.

Informez-vous sur le menu pour privilégier les plats que vous préférez et manger peu ou pas de ceux qui vous sont indifférents ou que vous pouvez facilement manger à d’autres moments par exemple le fromage, le pain.

Pensez que vous n’êtes pas obligé(e) de vous resservir, qu’on n’est pas obligés de finir les plats…

Affirmez-vous gentiment si on vous sert trop généreusement : parlez de votre faim qui diminue, annoncez votre envie de garder une place pour le dessert. Faites honneur aux plats que vous appréciez particulièrement et complimentez les hôtes si vous êtes chez quelqu’un.

Quels que soient l’intérêt ou la qualité des échanges, essayez d’être attentif(ve) au goût des plats pour en retirer le maximum de plaisir. Participez aussi aux conversations entre les plats : la convivialité est une part essentielle de ces moments et être plongé(e) dans les échanges vous évitera de vous resservir pas simple inaction. Si vraiment vous vous ennuyez, que vous ne raffolez pas de ces repas à rallonge, proposez d’aider au service, cela vous permettra d’être un peu actif(ve).

Si le moment est pesant, stressant du fait de relations peu sereines avec les autres convives, je sais que cela arrive, soyez à l’écoute de ce que vous ressentez, de ce qui se passe en vous et essayez, si possible, de ne pas vous réfugier dans le trop-plein de nourriture.

Si vous avez trop mangé, ne vous forcez pas à vous remettre à table à heure fixe si vous n’avez pas faim, essayez d’attendre le retour de la faim. Si vous y êtes obligé(e), mangez peu.

Si vous avez reçu et avez des restes, ne vous forcez pas à tout manger dès le repas suivant, voyez ce qui peut se garder, se congeler, se transformer.

Pour éventuellement éveiller vos envies, vous donner des idées, ce qui s’est passé les années précédentes :

Car je choisis souvent un thème qui guidera le choix des plats : une couleur, un ingrédient, une catégorie d’aliments…

Bonne fin d’année !

1 réponse

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.