Ariane Grumbach - L'art de manger

Je ne suis pas, loin de là, une spécialiste du Ramadan  mais quand on s’occupe d’alimentation, on est forcément sensibilisée à ce sujet, qui concerne certains de mes patients.

Cette année, le Ramadan tombe durant l’été, il commence demain samedi 22 août et dure jusqu’au 21 septembre et il y aura donc une amplitude de la période de jeûne importante (actuellement, le soleil se lève vers 6h45 et se couche peu avant 21h00). Le rythme alimentaire différent qu’impose cette coutume peut donc être difficile à vivre, notamment pour des personnes qui travaillent.

En faisant une simulation de rythme des repas qui me parait assez compatible avec les habitudes de cette période (voir schéma), finalement, on se rend compte qu’il est possible de garder 3 repas sur une journée de 24 heures, avec des intervalles pas si éloignés de ceux que certains pourraient avoir un jour habituel. La seule différence, mais notable, c’est que  l’intervalle le plus long se passe la journée, où on est actif, et non la nuit ! Et aussi qu’on ne peut pas boire du tout pendant toute cette période diurne.

Présentation_rmd.jpg

Comment peuvent se passer ces trois repas :

– A la rupture du jeune vers 21h00, les deux premiers besoins semblent être bien sûr de boire (de l’eau ou du thé ou une soupe) pour se réhydrater et de manger un aliment dont le sucre est absorbé rapidement, par exemple des fruits secs. Je conseillerais de ne pas trop manger à ce moment-là car il vaut mieux garder de l’appétit pour le vrai repas qui va suivre quelque temps après.

– Il me semble qu’on pourrait prendre le repas festif vers minuit. Lors de ce repas, l’important est bien sûr la convivialité, de se faire plaisir. Il faut essayer de manger lentement même s’il y a profusion d’aliments tentants,  de ne pas trop dépasser son rassasiement en pensant à son confort digestif, de manger des aliments variés (viande, pain et féculents, légumes, fruits et fruits secs, laitages, produits sucrés). Le repas n’est donc pas nécessairement très lourd. Il faut manger de tout selon ses envies, mais pas nécessairement en grosses quantités : essayer de savourer et d’écouter ses sensations pour se coucher en se sentant bien.  

On dit beaucoup que l’alimentation est très riche et très grasse dans cette période-là mais cela ne semble pas être le cas obligatoirement d’après ce que l’on m’a raconté, et on peut éviter des sensations désagréables au niveau digestif. Le plat principal traditionnel contient souvent des légumes et en dessert, on peut consommer par exemple une salade de fruits en alternance avec des pâtisseries.

– Au repas du matin avant le lever du soleil (vers 5h30-6h00), on mange selon son goût, par exemple du pain avec du beurre ou du fromage, un yaourt, des fruits ou fruits secs, …

On peut donc faire 3 repas et se faire plaisir en essayant de ne pas manger de façon excessive pour se sentir bien et aussi pour essayer d’avoir un peu faim au repas suivant : si on mange trop au dîner, on se sentira lourd pour se coucher (si on se couche !) on n’aura pas faim du tout le lendemain matin vers 5h30-6h alors qu’il est souhaitable de faire alors un repas assez consistant pour pouvoir tenir une longue journée. 

Pendant toute la période nocturne, il est important de boire beaucoup d’eau d’autant plus qu’il risque de faire assez chaud. Personnellement, c’est le fait de ne pas boire pendant 15h qui me parait être le plus difficile à supporter. Pour compenser le fait de ne pas boire, on peut se passer de l’eau sur le visage, le cou, les membres pour se rafraîchir.

Bon courage donc à ceux qui commencent le Ramadan et n’hésitez pas à partager vos expériences ici.

2 réponses
  1. Adil
    Adil dit :

    Merci pour ce billet sur l’alimentation durant le Ramadan!
    Juste une petite précision à propos des horaires qui bougent tous les jours :
    – début du Ramadan : jeûne de 5h32 à 20h56
    – fin du Ramadan : jeûne de 6h22 à 19h54
    Ainsi, le 3ème repas que vous préconisez serait plutôt vers 5h en début de Ramadan et autour de 6h vers la fin.
    Le problème qui se pose, et là c’est l’expérience d’un pratiquant qui parle, c’est la contrainte sommeil : ce système de décalage des repas est bien celui utilisé dans la plupart des pays musulmans, à quelques variantes horaires près. Mais dans ces pays, le fractionnement du sommeil qu’il occasionne est largement rattrapé par une adaptation des horaires de travail. On se lève plus tard, plus de pause déjeuner et on rentre plus tôt.
    En France, les horaires restent bien entendu inchangés pour les musulmans qui pratiquent le jeûne de ce mois sacré. Du coup, l’application de la règle des 3 repas peut poser des problèmes de sommeil et cumuler de la fatigue tout au long de ce mois.
    Personnellement, je me contente de 2 repas… celui de la rupture du jeûne disons un peu vers 9h pour simplifier. Je me couche à l’heure normale (entre 23h30 et minuit) et je me lève vers 4h30 pour mon dernier repas puis me recouche.
    Entre les deux, j’essaie de boire en multipliant les supports d’eau : soupe, jus, lait, eau. Ce n’est jamais du luxe au mois d’août.
    Voilà!

  2. Ariane
    Ariane dit :

    Bonsoir Adil
    merci beaucoup pour ce commentaire et je conçois bien en effet que cela est difficile à concilier avec un rythme normal et des obligations d’horaires profesionnels. Bon courage à vous.

Les commentaires sont désactivés.