Ariane Grumbach l'art de manger

Le fil d’Ariane n°3

Un rappel pour commencer : demain samedi 7 à partir de 14H30 (et non 16h00), je serai aux Pipelettes, 31 rue Brézin dans le 14e pour une rencontre-dédicace autour de mon livre La gourmandise ne fait pas grossir.

Même si vous avez déjà lu le livre ou n’êtes pas tenté(e) a priori, venez échanger avec moi si vous êtes dans les parages, j’aurais plaisir à vous voir.

Ariane Grumbach l'art de manger

Sinon, cette dernière quinzaine,

J’ai répondu justement

à plusieurs interviews autour des dégâts des régimes : parutions à venir prochainement sans doute.

J’ai préparé

Un goûter familial (à l’occasion de l’anniversaire de mon père) pour lequel j’ai cuisiné un gâteau marbré (recette de Clotilde Dusoulier à peu près), des cookies au chocolat (recette du Dessert était presque parfait, le dernier livre de Pascale Weeks) et une tarte aux pommes. Tout était délicieux de l’avis général.

Ariane Grumbach l'art de manger

J’ai participé une nouvelle fois à l’émission de France Inter, Grand Bien Vous Fasse, sur le thème du sandwich. Cela s’est avéré un peu frustrant car nous étions cinq invités, ce qui limitait le temps de parole de chacun. Mais j’ai été ravie de rencontrer Abdu Gnaba, qui avait écrit l’Anthropologie des mangeurs de pain,et Benjamin Carle, qui venait de réaliser Sandwich, un documentaire diffusé sur Canal +, dans lequel il décide de réaliser un pan bagnat de A à Z, allant jusqu’à planter le blé pour faire le pain… J’ai pu le voir depuis et c’est à la fois drôle et plein de réflexions sur l’époque, la consommation, et notre incapacité à faire des choses manuelles.

Ariane Grumbach L'art de manger

J’ai découvert 

Jah Jah by le Tricycle, un restaurant-cantine végétarien où j’ai mangé un bol varié tout à fait savoureux. Bien envie d’y retourner bientôt.

Ariane Grumbach l'art de manger

J’ai revu

avec plaisir, Florence alias Lulu Martha B qui aime manger et est au carrefour de la permaculture, la cuisine végétale ou sauvage, les cours de cuisine, une activité de traiteur…

J’ai lu

Dans mes pas, de Jean-Louis Etienne : je m’intéresse à ce médecin-explorateur depuis une conférence il y a 2-3 ans et la lecture de Persévérer et j’ai eu l’occasion de l’écouter brièvement à nouveau dans une conférence récemment. Cela m’a donné envie de lire son livre. J’étais déjà convaincue des bienfaits divers de la marche et je m’y adonne volontiers très souvent mais j’ai néanmoins aimé certains récits personnels ou d’exploration et l’accent mis sur la magie de la marche, instrument de liberté, de découverte, de ralentissement, de résistance…si simple et si complexe comme le reste du fonctionnement du corps humain.

Ariane Grumbach L'art de manger

J’ai  aimé

assister à la conférence sur la mélancolie organisée par la Fondation Jean Jaurès autour d’Eva Bester. Vous êtes peut-être comme moi fan de son émission Remède à la Mélancolie le dimanche matin sur France Inter. Elle était venue parler sur ce sujet qu’elle connait bien depuis l’enfance à titre personnel et qu’elle explore avec ses invités et elle a été très drôle en même temps que sérieuse, sympathique, spontanée et érudite. Forcément, assez peu de gens étaient présents à la Fondation Jean Jaurès, vu la taille de la salle (pleine) et les organisateurs ont eu la bonne idée de la filmer et de mettre cette video sur Youtube.

Et vous, qu’avez-vous envie de partager en ce début de printemps ?

2 réponses
  1. Blanche
    Blanche dit :

    Ce commentaire est pour l’article précédent « entre…deux » (je n’ai pas trouvé où mettre un commentaire).
    Ca me parle, pour plusieurs raisons, le fait qu’on ne parle pas de la ménopause, ou alors en mal (vapeurs, irritation, prise de poids…) moi, je choisi parfois d’en rire/faire rire. J’ai fait remarquer à mes copines que les vapeurs ce n’était même pas utile, dans un lieu où on a vraiment froid (nous étions dans une église à se geler avant de chanter pour un concert), les vapeurs chauffent les joues, voire le buste, mais rien dans les extrémités pieds et mains, ce qui serait vraiment utile !
    Une phrase de votre article m’a aussi interpelée, le fait d’anticiper des désagréments lors d’un déménagement. Finalement, au bout de 3 semaines, je me suis sentie bien dans cette nouvelle maison malgré le temps pourri, je me suis beaucoup investie à faire connaissance avec les gens d’ici, et ça « paye ».

    Répondre
    • Ariane Grumbach
      Ariane Grumbach dit :

      merci beaucoup pour ce témoignage Blanche et bravo de vivre positivement ce moment de la vie que tant de femmes craignent et subissent… Belle journée. NB : c’est bizarre en effet, cette histoire de commentaire sur l’autre billet, je vais regarder ce qui se passe, je ne suis pas encore au fait de toutes les subtilités de ce nouveau site !

      Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *