Ariane Grumbach - L'art de manger

Car je ne suis décidément pas la seule à m’intéresser au sujet…

Après avoir échangé avec le mini-groupe de travail et lu les articles d’Anne-Sophie Novel, je réfléchissais aux bonnes pratiques à suggérer aux restaurants et clients. Une fort gentille lectrice (merci Liesbeth !) me suggère le mot Restorestes qui me plait bien. Et du coup, inspirée par un slogan anglais (« too good to waste »), j’imagine dans mon coin la phrase suivante : 

« Trop copieux pour finir, trop bon pour jeter, ayez le geste Restorestes ». Pas mal, non ?!

Mais quelques jours plus tard, je suis contactée par Laurent, un entrepreneur spécialisé dans les emballages écologiques, qui lance justement le projet Trop Bon pour Gaspiller : il s’agit de proposer aux restaurants des emballages écologiques pour un prix modique, pour permettre l’emport des restes. Il a fait un projet de co-financement sur Kiss Kiss Bank Bank  avec un descriptif détaillé de sa démarche (où il cite un extrait de mon blog, c’est lorsqu’il me l’a demandé que j’ai découvert son projet). Si vous croyez à ce projet, vous pouvez l’aider (sans trop tarder). C’est un projet qui me parait cohérent, clair et bien construit. J’ai un léger scepticisme sur le fait que les restaurateurs acceptent de payer ces emballages mais peut-être peuvent-ils percevoir le bénéfice d’image et répercuter le coût sur le client de toute façon. Et cela peut être pratique pour des restaurants peu coutumiers de la vente à emporter. Il a été interviewé récemment sur le sujet sur France Info notamment.

gaspillage alimentaire,trop bon pour gaspiller,restes au restaurant

Et plus récemment (je suis décidément visiblement une référence* sur le sujet, sans doute parce que personne ne s’y intéressait !!!), j’ai été contactée par deux autres entrepreneurs, issus de la comm et du web, en train de lancer le projet Rest’O Resto (ils ont déposé le nom), un annuaire en ligne qui répertoriera des restaurants qui proposent un principe de doggy bag. Encore plus sceptique sur ce projet qui ne sera rentable (et c’est le but recherché) qu’avec un grand nombre de restaurants mettant en avant ce sujet. Or, pour moi, cela doit rester une souplesse, une possibilité éventuelle mais en aucun cas quelque chose de systématique (qui pourrait entraîner peut-être une augmentation des portions et bien sûr des prix…). Les restaurants sont-ils nombreux à être sensibilisés au sujet ? Certains le pratiquent et leurs clients le savent, ont-ils besoin de davantage de visibilité ?

En même temps, il semble que la réglementation oblige les restaurants à réduire sérieusement leurs déchets. Le recyclage des biodéchets est une voie mais en donner une partie au client pourrait en être une autre…

J’ai timidement émis l’idée qu’ils pourraient discuter mais ils ne sont visiblement pas sur la même longueur d’onde. En fait, ce que j’aimerais, moi, c’est une sorte de label (non commercial) que pourrait avoir le restaurant sur sa carte, qui signifierait : « ici, vous pouvez demander à emporter le reste d’un plat trop copieux ». On peut rêver !

Alors, que pensez-vous de ces deux projets ? De quoi avez-vous envie concernant le « doggy bag à la française » ? Et si vous êtes restaurateur, votre avis m’intéresse beaucoup !

*J’ai même été contactée pour en parler dans la nouvelle émission de Laurent Ruquier sur France 2 mais j’ai décliné l’invitation : pas disponible et pas vraiment envie de prendre part à ce type d’émission…

Visuel : source Trop Bon pour Gaspiller

16 réponses
  1. Mag à l'eau
    Mag à l'eau dit :

    Pour pouvoir emporter des restes, il faut forcément un emballage non ?
    Et je trouve la boîte de Laurent plutôt bien pensée. Juste une question, ça donne quoi transportée à vélo ?
    J’aime bien aussi le terme de « restorestes ».

  2. Martine
    Martine dit :

    Trop bon pour gaspiller…c’est tout à fait l’idée! Ne pas surcharger son estomac et manger par envie de « bons petits restes » à la maison…J’en rêve et à mon avis c’est vraiment l’envie des restaurateurs qui va faire que cela fonctionne ou pas.

  3. Ariane
    Ariane dit :

    @Mag à l’eau je suppose que comme toute boite en carton, il vaut mieux la transporter à plat et ne pas l’écraser… Quant à Restorestes, « c’est mort » puisque trop proche de RestOResto…
    @Martine merci de cet avis, il me semble que pour l’instant l’adhésion est davantage du côté des clients que des restaurants, reste à les mobiliser…

  4. Patricia
    Patricia dit :

    Bonjour, nous sommes confrontés à la tradition française qui veut que l’on finisse son assiette .sinon la remarque arrive ´´ alors ce n’était pas bon…?
    Je n’ai jamais eu de pb à emporter les restes dans les restaurants asiatiques au contraire ils comprennent que c’est trop bon pour jeter…
    Patricia

  5. Adrien de Food in Paris
    Adrien de Food in Paris dit :

    Encore un sujet sur lequel les européens sont (malheureusement) très en retard…
    En Asie il m’est arrivé de faire n’importe quoi et de commander plus que je ne pouvais manger. Et bien à Shanghai entre autre, ils se seraient vexés si je n’avais pas pris le doggy bag qui m’attendait tout près avec l’addition à la caisse !
    Je ne parle même pas des U.S. où rentrer à son hotel avec ses restes de repas ne choque personne.
    Il y a aussi un problème de mentalité.
    Certains restaurateurs américains offrent des muffins ou gâteaux pour le petit déjeuner du lendemain en repartant d’un dîner.
    Paris est tellement snob que je me suis déjà demandé si les gens le prendrait si l’on proposait ça ici !

  6. clotilde
    clotilde dit :

    Ayant vécu aux Etats-Unis, je suis à fond pour le doggy bag, et j’aimerais voir son usage étendu.
    Il m’est arrivé de demander à remporter de la viande servie en quantité démesurée (= les énoooormes entrecôtes ou côtes de boeuf à partager) et les restaurateurs n’ont jamais fait de difficultés : ça repart en cuisine et ça revient emballé dans du papier alu (bon, j’aime pas trop le papier alu, mais à un moment il faut choisir ses batailles. ;).
    L’autre jour, au super café kid-friendly Petit Pois dans le 18ème, j’ai même demandé un doggy bag pour la compote de pommes maison que j’avais commandée pour mon fils de 2 ans et à laquelle il n’avait pas touché. Il n’y a eu aucun problème, la dame en cuisine avait sous la main un petit contenant biodégradable qu’elle a couvert de papier alu. Et hop, une compote pour le dîner !
    Bref, je pense que comme dans beaucoup de domaines, on pourra faire changer les états d’esprit petit à petit en osant demander, poliment, naturellement, sans honte. C’est tellement du bon sens qu’il vaut mieux remporter que jeter !

  7. Ariane
    Ariane dit :

    @Patricia on n’est pas obligés de finir même ici et il n’y a pas à se laisser impressionner par le serveur… On peut trouver des phrases pour dire très gentiment : mais non, c’était délicieux mais je n’ai vraiment plus faim et d’ailleurs je serais ravie si vous pouviez m’emballer ce qui reste…
    @Adrien espérons que les choses changent peu à peu, côté restos et côté clients…
    @Clotilde bravo de demander sans complexe (sans doute l’influence US…), tout le monde n’ose pas, et ces exemples sont la preuve qu’il y a peu de refus (et merci pour le relais twitter qui a été très suivi :-))

  8. Anaïs75
    Anaïs75 dit :

    @Adrien: votre post m’a passablement agacée!! Je vous rappelle puisque vous semblez l’ignorer que notre gastronomie est inscrite depuis 2010 au patrimoine immatériel de l’UNESCO car ici nous privilégions la qualité à la quantité. Donc non, nous ne sommes pas « encore une fois » « en retard », nous avons des valeurs différentes voilà tout…Libre à vous de « faire n’importe quoi » au restaurant, ce n’est certes pas un exemple que j’ai envie de suivre. Enfin si vous considérez que privilégier la qualité est une marque de « snobisme » je trouve ça bien dommage et je ne partage certes pas votre définition!
    @Ariane: je trouve que c’est une excellente idée de suggérer aux restaurateurs d’indiquer sur leurs cartes ou oralement lors de la commande que l’on peut demander à emporter ce que nous n’avons fini…Je n’aimais pas le terme de restorestes donc je suis contente d’apprendre qu’il n’est plus possible de l’adopter…Il avait cependant le mérite d’être moins laid que « doggybag » et malheureusement je n’ai pas d’alternatives à proposer….Donc en attendant que quelqu’un trouve, je m’inspire de mon expérience newyorkaise. Je me suis, en effet, rendue compte que là-bas les serveurs ne me proposaient jamais de « doggy-bag » – c’est d’autant plus laid dans leur langue – mais un « take away = plat à emporter ». Pour finir, j’aime bien votre slogan 🙂

  9. Ariane
    Ariane dit :

    @Anais75 en effet vouloir de la qualité n’a rien du snobisme mais il n’y a pas de raison non plus de mépriser le « take-away » s’il s’agit de nourriture tout à fait correcte au réchauffage. J’aimerais vraiment qu’on trouve une façon de faire française, ni américaine (énormes portions et take-away logique) ni asiatique (délicatesse du service au client) car nous ne sommes ni l’un ni l’autre, sans jugement aucun…

  10. Adrien de Food In Paris
    Adrien de Food In Paris dit :

    @Ariane : je suis complètement d’accord avec toi sur l’esprit, pas besoin de copier mais juste d’adapter
    @Anais75 Anais je vois que le sujet vous mets en émoi mais je crois qu’on ne s’est pas compris. En effet, à Paris, France, il n’y a pas que des restaurants Français qui servent de la gastronomie typiquement Française. Hé oui nous avons aussi des Asiatiques, Italiens, Méditerranéens, Américains ou autres qui eux, ne proposent pas spontanément le doggy bag comme dans leur pays respectifs et c’est bien dommage.
    Quant à la cuisine traditionelle Française de qualité, non seulement je ne la trouve pas snob, mais je l’aime et la respecte ! Je m’insurge justement contre un snobisme plus parisien qu’autre chose, qui irait à l’encontre du doggy bag en général, dans la cuisine Française ou pas ! Et pourquoi dans un bon restaurant Français on ne pourrait pas repartir avec sa bouteille de vin non terminée ou son reste de gigot d’agneau, de qualité ?

  11. Anaïs75
    Anaïs75 dit :

    @Adrien: Ça n’est pas ce sujet qui me particulièrement en émoi mais la tendance de beaucoup de nos concitoyens à dévaloriser leur culture et leur pays. J’en ai marre d’entendrer dire que « nous sommes en retard », « à la traîne », « dépassés »…Non pas que je sois contre le changement bien au contraire mais je trouve que très -trop- souvent on nous propose de copier « bêtement » ce qui fonctionne à l’étranger sans reflexion aucune sur nos particularités ni nos atouts…
    @Ariane: pour en revenir à notre sujet « doggybag », je pense finalement que nous n’avons peut-être pas besoin d’inventer un nouveau mot…En effet, dans les trois derniers resto où je suis allée (crêperie, restaurant italien un peu haut de gamme et une pizzeria) j’ai tout simplement demandé si je pouvais prendre « à emporter » ce que je n’avais pas fini de manger en désignant mon assiette … et à chaque fois on m’a dit oui 🙂
    @Adrien:en effet, je suis de plus en plus à l’aise pour demander « à emporter » mais pas encore dans un grand restaurant français…déjà parce que les proportions sont moindres et correspondent à ma faim et puis c’est vrai que j’ai tendance à me dire que ces plats ne seront pas bons rechauffés…Cela dit, vous marquez un point car j’en étais tellement persuadée que je n’avais jamais remis en question cette certitude jusqu’à maintenant…Alors snobisme ou réalité? Pour le savoir, il faudrait essayer…Ou peut-être que vous connaissez déjà la réponse en fait?

  12. Line
    Line dit :

    Chez nous, il y a une pizzeria qui fait des pizzas énormes, avec de bons ingrédients dessus, pas plus chères qu’ailleurs et c’est justement une de leur particularité, si on n’arrive pas à finir la pizza ( 90% de chance ), on vous l’emballe d’office dans du papier alu pour l’emporter 🙂 ça fait un peu partie de leur image  » nos pizzas sont tellement énormes et bien garnies que vous ne pouvez pas les finir  » ^^

  13. johanna
    johanna dit :

    Pour une seconde fois, je constate que l île de la réunion n est pas aussi en retard que ça. Allez faire un tour dans notre île et leur demander comment ça se passe. Car n aimant pas le gaspillage, la pratique est courante depuis des années. Et y a aucune gêne ou honte la dedans.

Les commentaires sont désactivés.