Bien manger quand on étudie ? Cadeau à gagner !

On entend très souvent dire qu’on ne peut pas bien manger quand on a un budget limité. Je m’élève régulièrement contre cette affirmation simpliste et partiellement erronée. Bien sûr, quand on est en grande précarité, on a des difficultés, non pas à « bien manger » mais à manger tout court… C’est pour cela qu’existent (et sont malheureusement toujours plus sollicitées) les différentes banques alimentaires,  associations, …

Mais, quand on a un tout petit peu plus d’argent, c’est peut-être difficile, on doit réfléchir et s’organiser, mais ce n’est pas impossible. Il ne s’agit pas de manger tout bio, local, vertueux,  mais de manger notamment varié, de saison (aussi parce c’est moins cher !).

J’avais ainsi fait il y a quelques années, avec plusieurs lectrices du blog (chacune de son côté), l’expérience de passer une semaine avec 25 euros pour manger (3 repas par jour). Nous avions réussi, en étant bien sûr raisonnables, et en cuisinant. Car, cela rejoint ma deuxième conviction que j’ai illustrée par mon équation temps-qualité-argent : si on ne peut pas consacrer beaucoup d’argent à l’alimentation, il faut y consacrer un peu de temps… Pas seulement le temps de cuisine, mais celui des courses, de la détection des circits les plus économiques pour améliorer sa pratique culinaire, etc.

J’illustrais d’ailleurs parfois cette équation par  l’exemple des étudiantes et étudiants : dans leur majorité, ils manquent de temps ET d’argent… Donc, pas facile de bien manger. Cela peut malheureusement souvent finir en nouilles chinoises instantanées voire la nécessité de sauter des repas…

Alors, coment aider concrètement les étudiantes et étudiants à mieux manger sans les faire se ruiner ou passer beaucoup de temps ?

Je reste persuadée qu’on peut quand même améliorer les choses.. Il y a quelques années, j’avais imaginé, sans approfondir le sujet, que la clé pouvait être dans le collectif et que le mieux serait de les inciter à se regrouper (où ? chez un parent ?) et cuisiner ensemble puis se répartir plusieurs plats pour à la fois, gagner ainsi du temps, passer un bon moment et avoir des plats variés pour la semaine. Utopie ? Il est possible aussi que les idées manquent, et le temps pour y réfléchir.

Ainsi, Lila Djeddi, déjà autrice de deux livres de cuisine végétarienne dont l’excellent Cantine Vagabonde, a décidé de s’attaquer au sujet. Ce n’est pas la première, il y a déjà eu plein de livres de « cuisine étudiante ». Je ne suis pas certaine de leur impact. Actuellement par exemple, j’ai entendu parler de deux initiatives de personnes sans doute mieux connues de la génération étudiante : Diego Alary, chef très présent sur Tiktok et Instagram (qui propose peut-être des recettes plus spontanément séduisantes pour les jeunes…) et Marina, jeune femme à l’origine du compte/site à très grand succès « 1 repas 1 euro » (qui a malheureusement connu récemment une dépression).

Dans ce nouvel ouvrage, Cuisine du quotidien pour étudiantes & étudiants, Lila Djeddi, quant à elle, propose des recettes végétariennes, variées, goûteuses et classées par saison, plutôt simples et pas trop longues à préparer. Elle intègre le temps ncécessaire (en distinguant préparation et cuisson) et le coût par personne. Elle prévoit un budget d’environ 30 euros par semaine. D’ailleurs, cela s’adresse aussi à un public bien plus large que le seul public étudiant : toutes les personnes qui veulent manger davantage végétarien sans y passer trop de temps et à budget raisonnable. Il y aussi plein de conseils d’organisation, de courses, de matériel, …

Ceci-dit, la cible première, les étudiantes et étudiants vont-ils acheter (ou plutôt se faire offrir peut-être) ce livre ? Certes, manger végétarien intéresse actuellement beaucoup de jeunes  (outre le côut de la viande et du poisson). Et il y a la lassitude des pâtes trop fréquentes.  Mais ont-ils l’espace mental pour prendre du recul sur leur façon de manger ? Pour faire les courses correspondant à de nouvelles recettes ? Se voient-ils passer un peu plus de temps pour cuisiner ?  Je n’ai pas la réponse…

Pour ma part, je trouve la majorité des recettes tentantes et j’en ai déjà essayé deux : un mijoté de pois chiches au potimarron tout à fait délicieux (j’ai toutefois noté une petite erreur de volume dans la recette) (photo) et une « soupe irlandaise » toute simple (flocons d’avoine et poireau). D’autres correspondent à une cuisine que je pratique déjà avec plaisir (oeufs, tartes salées, crudités…)

J’ai acheté le livre à la fois par intérêt et soutien du travail de Lila. Et j’en ai aussi reçu un par son éditeur. Donc, à nouveau, la bonne nouvelle, c’est que l’une de vous, peut gagner ce livre et cuisiner ces savoureuses recettes peu coûteuses.

Un exemplaire du livre « Cuisine du quotidien pour étudiantes & étudiants » de Lila Djeddi est donc à gagner ici par tirage au sort parmi vos commentaires. Pour tenter votre chance pour le tirage au sort, merci de laisser

un commentaire illustrant un de vos comportements/attitudes/réflexions

concernant votre BUDGET ALIMENTAIRE

et cela AVANT LE 10 NOVEMBRE

Bonne chance !

Cuisine du quotidien pour étudiantes & étudiants » de Lila Djeddi, Tana Editions, 16,90 euros.

14 réponses
  1. Virginie
    Virginie dit :

    Nous avons la chance d’avoir les moyens de nos convictions: nous avons des sous pour acheter bio, du temps pour cuisiner. C’est aussi le résultat de choix, nous ne dépensons pas notre argent en week-ends dépaysant, le temps que nous consacrons à la cuisine n’est pas passé à autre chose. Ceux qui ralaient petits de ne pas avoir de Nutella, se sont mis à critiquer le poulet « pas bon » de la cantine et à opter pour une alimentation de plus en plus végétale ( tout en s’offrant de temps en temps du cordon bleu bien régressif, hein, on n’est pas à une contradiction près ). L’enfant n°1 a opté pour le végétarisme et influence fortement notre cuisine familiale . Depuis que le n°2 vit la semaine dans son appart d’étudiant, nous avons cherché des bouquins de cuisine qui pourrait lui convenir, sans rien de très convaincant. Nous avons découvert Ottolenghi avec bonheur, mais c’est un brin trop compliqué pour sa kitchenette limitée. Du coup, nous allons nous pencher sérieusement sur cette suggestion…

    Répondre
  2. Chantal
    Chantal dit :

    Mon dieu, mon message est effacé ! Je disais que la cuisine est source de plaisir et de fantaisie. A partir du moment où l’on a un peu d’imagination les ingrédients se préparent facilement, sont sains, sans crever le budget. Celle-ci peut être simple, un bon potage-repas ou simplement fait de légumes et féculents mixés ou pas avec une bruschetta une fois par semaine par exemple, c’est la nouvelle mode ; je n’y adhère pas pas mais pour un jeune selon ce qui est mis dessus elle peut faire l’objet d’un repas équilibré en complément du potage ou d’une belle poêlée de légumes sans se prendre la tête.

    Répondre
  3. MOTTON-ROELS Evelyne
    MOTTON-ROELS Evelyne dit :

    Merci pour le partage ! Ce livre m’intéresse à titre personnel, à l’heure où l’équation alimentaire (économique et nutritionnelle) appelle à l’arbitrage. Avec la flambée des prix de la viande et notre désir avec Mr Mari d’en réduire la consommation, les recettes végétariennes m’intéressent. Offert ou acheté par mes soins, il pourrait inspirer mon fils, étudiant lui-même.
    Beau week-end !
    Evelyne

    Répondre
  4. Vasseur
    Vasseur dit :

    Bonjour Ariane,
    Ce livre serait d’une grande utilité à mon fils étudiant boursier, car je suis seule, cheffe de famille avec un revenu modeste et de ce fait, il n’a pas le choix concernant son budget alimentaire. Il doit allier le bon, l’équilibre avec le moins de dépense possible. Il essaye de faire de son mieux et j’en suis très fière. Il a vu l’exemple dans notre foyer car j’ai toujours acheté des produits d’assez bonnes qualités, quitte à se priver sur d’autres postes comme les vacances, les vêtements. J’adorerais qu’il gagne cet ouvrage.

    Répondre
  5. Geneviève
    Geneviève dit :

    C’est vrai beaucoup de choses écrites sur le sujet mais moi je conseille (et j’offre à mes enfants entre autres) toujours le livre de Marie Chioca chez Terre Vivante « pressés, fauchés, mal équipés …. » je ne sais plus le titre exact mais vraiment accessible, avec des propositions variées y compris quand on est dans un studio avec 2 plaques de cuisson … (Et c’est sain et bon alors …)

    Répondre
  6. Agnes
    Agnes dit :

    Je trouve l idée intéressante même si je vois mal mes étudiants cuisiner végétarien. Mais ma nièce avec un léger budget aime cuisiner donc ça pourrait lui donner des idees!
    Merci

    Répondre
  7. Maëlle
    Maëlle dit :

    Bonjour Ariane,
    Cet article m’a fait replonger dans mes années étudiantes, où j’ai eu le sentiment que l’on découvre le véritable enjeu (et la galère parfois) d’avoir à préparer ses repas si l’on ne veut pas aller au resto U.
    Cela avait été laborieux, mais aussi très pédagogique : apprendre qu’une cuisse de dinde achetée pas cher va mettre beaucoup plus de temps à cuire qu’une cuisse de poulet par exemple. C’était aussi drôle parce que source d’inventivité : le riz à la confiture en fin de mois, inventé avec une voisine dans la même galère étudiante.
    Bien sûr, tous les étudiants ne se retrouvent pas dans de telles situations. Depuis, je donne des idées de repas faciles, pas cher et tout de même goûteux à mes sœurs et à mes enfants.
    Je serais ravie de découvrir ce nouvel ouvrage de Lila Djeddi!

    Répondre
  8. Annick Nay
    Annick Nay dit :

    Bonjour
    Quand je me souviens de ce que je mangeais étudiante, je suis atterrée !
    C’ est bien qu’ à notre époque on associe budget ET équilibre nutitionnel ( et goût bien sûr) Des petites astuces peut être : repérer ds son environnement proche les enseignes qui font des promos ou des prix d’ appels sur les fruits et légumes ( souvent c’ est une fois par semaine); se doter d’ un outil de cuisson programmable taille spécial petite cuisine qui permet de cuisiner , de tenir au chaud , de faire juste 1 portion ou 2 ( pas de pb de stockage au froid, pas de gaspillage)
    …et de ne pas perdre de temps puisque programmable/ garde au chaud .On peut faire son travail d’ étudiant pendant ce temps ( c’ est aussi une bonne formule pour les télé travailleurs)
    Et varier autant que possible les couleurs, les goûts, les associations ( riz et légumes; pommes de terre et crudités ….)
    Se nourrir doit rester un plaisir même si il y a des contraintes .

    Répondre
  9. LucieD
    LucieD dit :

    Je tente ma chance pour gagner le livre même si je ne suis plus étudiante depuis un moment mais j’affectionne particulièrement les livres de cuisine. Concernant le thème du budget alimentaire, je m’inquiète beaucoup pour nos étudiants et autres en voyant la hausse des prix. Nous même, famille de quatre, tentons d’absorber ces hausses en consommant moins mais de qualité, challenge pas toujours facile.

    Répondre
  10. Nadine
    Nadine dit :

    Comme Geneviève, sur ce thème-là (mais pas uniquement végétarien) je conseille également le livre de Marie Chioca « Pressé, fauché, mal équipé… mais gourmand ! – Recettes saines pour étudiants, jeunes actifs, solos… », sorti il y a 3 ans.
    J’aime ce type de livres, très utile pour les étudiants mais aussi dans d’autres situations.

    Répondre
  11. Sylvie A
    Sylvie A dit :

    Je tente ma chance ! 🙂
    Et pour mon budget alimentaire, depuis toujours puisque c’est une valeur que m’a transmise ma mère : je fais mes courses au marché. Légumes ultra-frais directement du producteur (donc nutritionnellement meilleur que ceux qui ont traîné dans des halles/en chambre froide pendant déjà qqs jours), souvent moins chers qu’en supermarché !
    et même viande directement du producteur : je n’en prends pas souvent, mais au moins la qualité est là.
    Ensuite, légumineuses et céréales en vrac au magasin bio (qui propose bcp de production locale 🙂 ).
    Et enfin, cuisiner tout maison : certes, cela prend du temps, mais c’est du bonheur !

    Répondre
  12. Aude
    Aude dit :

    Je tente ma chance ,je ne suis plus étudiante,mais bien manger demande une petite organisation ,et une réflexion sur les repas c est toujours un défi toutes les semaines !

    Répondre

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.