Ariane Grumbach - L'art de manger

Réveillonnez sans vous priver !

La période de fin d’année, les soirées de réveillon, c’est bien sûr le moment de faire la fête et en France, cela rime bien souvent avec bonne chère. C’est heureux et synonyme de plaisir gourmand. Aucune raison de se priver mais cela sera d’autant plus agréable qu’on mangera ce qu’on aime et qu’on ne se sentira pas « plombés » par des repas trop lourds et à répétition.
Fotolia_orane_noel.jpg Quelques petites suggestions.
Au repas précédent le réveillon, il vaut mieux manger plutôt léger pour avoir faim au moment du repas de fête. Oui mais pas trop faim quand même, car sinon, on risque de se jeter sur l’apéritif. ce serait dommage car peut-être qu’attendent, juste derrière, huitres, langouste, homard, Saint Jacques et autres merveilles de la mer.
Quand on est en famille, c’est en général un repas qui prend du temps et c’est aussi bien car on a le temps de savourer tranquillement les mets proposés. Et surtout de discuter, s’amuser, … plutôt que se resservir du plat en cours, pour avoir faim pour la suite.
Régalez vous s’il y a un bon foie gras, c’est tellement délicieux et faites le constat que le goût peut être rassasié sans en manger des kilos.
Un conseil de bon sens : il est préférable d’avoir la main légère sur tous les accompagnements : pain, fromage, biscuts apéritif, mayonnaise, … pour concentrer l’attention de ses papilles sur le coeur du repas.
Il est plutôt fréquent de recevoir en ces occasions des chocolats. Ils peuvent bien attendre 2-3 jours pour être dégustés, on les appréciera d’autant mieux. Car rappelez-vous cette règle de base, que vous pouvez expérimenter : tous les mets sont meilleurs quand on a faim, et quand on est plus que rassasié, on ne peut pas apprécier complètement leur saveur.
Quant à la bûche à la crème au beurre, je crois vraiment que c’est démodé. Une option plus légère : la bûche glacée peut-être, ou une omelette norvégienne ou une dessert à base de fruits : quelques desserts que j’ai testés : de l’ananas rôti avec une glace (un contraste chaud-froid très agréable), une soupe de fruits exotiques ou de mandarines, un soufflé glacé qui attend tranquillement son heure au froid.
Enfin, ne prévoyez pas un repas pantagruélique pour 15 si vous êtes 4 ou 5. Car cela amène soit à manger vraiment trop, soit à devoir finir les restes pendant les repas suivants. Or, après un tel festin, on a souvent envie de mets différents : soupe, salade, … et on n’apprécie que modérément ces restes qui n’ont plus leur cadre fastueux. Et oubliez votre rythme habituel de repas : attendez de retrouver une sensation de faim pour manger.
Bonnes fêtes gourmandes !

1 réponse
  1. Blueby
    Blueby dit :

    Eh bien j’ai suivi les conseils d’Ariane (et vous ?) et pour la première fois, je ne ressors pas des Fêtes de Noël avec une impression de lourdeur infinie mais un souvenir encore vif et heureux de délectation totale de plats fins et gourmets en petites quantités et de crapahutage en montagne ou d’heures de marche dans Paris déserté…
    ça s’appelle l’énergie du plaisir
    Aucune appréhension pour le 31 au soir d’autant que j’ai la mission de concocter les desserts… et que nous allons danser toute la nuit…
    Je prévois aussi le potage de fin de nuit…. ou de l’aurore…
    Voici voilou,
    Blueby

Les commentaires sont désactivés.