Ariane Grumbach - L'art de manger

Quand fera-t-on de la vraie prévention ?

da26cae5d8d79c0b9b39fa649bef4b82.jpgJ’ai été assez abasourdie récemment en lisant le chiffre de ce que coûte et va coûter le traitement du diabète à la Sécu : environ 2 milliards d’euros par an aujourd’hui et cela va continuer à croître avec le nombre de malades. Et on a l’air d’être résignés à ce que ça continue à augmenter non stop !

Il faut y ajouter le coût du cholestérol (rien que les statines, principal médicament anti-cholestérol, coûtent plus d’un milliard par an), celui des maladies cardio-vasculaires, etc. Toutes affections de longue durée pour lesquelles il est clairement établi que l’alimentation joue un rôle clé.

Alors, pourquoi la Sécu ne consacrerait-elle pas une toute petite part de cet argent à faire de la véritable prévention en amont, c’est-à-dire à aider les personnes à avoir une alimentation agréable et saine. Il ne s’agit surtout pas de mettre tout le monde au régime, au contraire, mais de valoriser notre culture culinaire, de donner une véritable éducation alimentaire (et non nutritionnelle) aux enfants, et à tous ceux qui n’en ont pas pu en avoir.

Pourquoi ne crée-t-on pas par exemple quelques centaines de postes de diététiciennes, dans les écoles, les collectivités, voire rattachées à la Sécu, etc. qui mèneraient des actions en ce sens ? Par exemple, pour créer 200 nouveaux postes (environ 10 par région, ce n’est pas rien, pour mener des actions d’information, d’éducation, d’animation, …), cela coûterait une goutte d’eau face aux chiffres précédents ! Est-ce seulement un rêve ?