Ariane Grumbach - L'art de manger
Il y a quelques jours, une étude a remis en cause la cruciale importance du petit déjeuner si souvent soulignée. Dans le domaine de la nutrition, les études affirmant tout et son contraire sont légion. Mais cette fois, c’est un dogme profondément ancré dans les croyances des mangeurs qui est mis à mal. Les médias ont d’ailleurs largement relayé l’information. 
 
Pour ma part, j’ai été plutôt amusée car cela fait longtemps que je répète que chaque personne est différente et a donc son propre rythme alimentaire. Que je lutte contre le dicton « Petit déjeuner de roi, déjeuner de prince, dîner de mendiant » qui n’est certainement pas adapté à tous. Suivre son rythme alimentaire ne signifie pas l’anarchie… Mais que l’on n’est, par exemple, pas obligé(e) de petit déjeuner si l’on n’a pas faim du tout. Et, quand on a des contraintes d’horaire, on apprend, en se connaissant, à avoir faim au bon moment. Et aussi à trouver le bon petit déjeuner qui permettra de tenir jusqu’à son heure habituelle de déjeuner. 
 
Or, beaucoup de personnes (si j’en crois les récits de certains patients ou certains cris de détresse sur twitter, n’est-ce pas Laurent, Sophie & co…) ont faim dès 11h du matin.

Parmi elles, il y en a sans doute qui n’ont pas petit déjeuné par manque de temps par exemple. Ou qui ont petit déjeuné à une heure extrêmement matinale. Mais il y a aussi des personnes, en nombre non négligeable, qui ont petit-déjeuné. C’est sans doute que leur petit déjeuner n’est pas le plus approprié pour elles.

petit déjeuner,rythme alimentaire,combien de repas par jour,grignotage,écouter sa faim,glycémie,fringale

Ce petit déjeuner n’est probablement pas adapté à tout le monde

 
Beaucoup de personnes prennent un petit déjeuner par habitude, par raison diététique, par facilité ou rapidité sans forcément prendre en compte son effet rassasiant.

Tout le monde est différent, je le répète, mais je rencontre fréquemment des personnes qui constituent une catégorie particulièrement réactive au sucre. Je m’explique : ces personnes, quand elles prennent un petit déjeuner riche en sucre, par exemple des tartines avec de la confiture, des céréales très transformées et sucrées, … ont un apport rapide de sucre dans leur sang (leur corps digère très vite le sucre) et cela crée quelques heures après une sorte de réaction inverse d’hypoglycémie. Et donc un coup de barre, une fringale, une faiblesse (éventuellement pire que s’ils n’avaient rien mangé le matin).

 
Ce n’est pas forcément agréable, on n’a pas forcément la possibilité de prendre un en-cas, on attend avec impatience le déjeuner, parfois au détriment de la concentration sur son travail…
Ce n’est pas une fatalité. Quand on est dans cette situation, il vaut mieux expérimenter d’autres petits déjeuners qui ne créeront pas un afflux de sucre rapide. Ce n’est pas une question de calories mais de type d’aliment.
 
Par exemple un petit déjeuner comprenant du fromage, ou du fromage à tartiner, du jambon, voire un œuf, avec du pain. Parfois, quand je suggère cela, certains sont ravis car ils adorent le fromage et n’ont aucun a priori à manger salé le matin.
 
Mais d’autres rechignent vraiment à ce type de déjeuner (je conseille quand même d’essayer sans a priori pour voir). Ils peuvent essayer par exemple des céréales moins sucrées, un pain plus dense ou plus complet, et compléter avec un fruit, dont les fibres permettront une digestion un peu plus lente.
 
Le tout est de faire des expériences pour trouver, comme je l’avais expliqué, le petit déjeuner qui concilie plaisir, praticité et rassasiement durable.
 
Et vous, vous l’avez trouvé, votre petit déjeuner idéal ou vous le cherchez encore ?
 
Visuel ©cook_inspire fotolia.com
 
19 réponses
  1. La semaine d'une gourmette
    La semaine d'une gourmette dit :

    Excellent article, merci !
    Je n’ai jamais eu faim le matin en me levant, j’ai une relativement petite faim à midi, une grosse faim le soir. Je me suis fait faire la morale par toutes les diététiciennes et tous les médecins de la terre (mais je n’ai jamais cédé, manger sans faim c’est trop pénible), et j’ai du attendre d’avoir 40 ans pour me rendre compte que j’avais faim le matin, mais 2 à 3 heures après le réveil (ce qui fait que le WE, mon repas de midi est un parfait petit déjeuner ;-)). J’ai encore mis quelques années à trouver mon petit-déjeuner idéal : une crème Budwig sans fruits (avec fruits c’est trop sucré pour moi), ou pain et fromage. Je suis donc la parfaite illustration de ce que vous venez d’écrire !

  2. nathalie
    nathalie dit :

    J’ai effectivement ce problème; je me lève très tôt, je n’ai pas vraiment faim. J’avale un petit truc, plutôt sucré (fruit, céréales), je sais que ça serait mieux de prendre un oeuf ou du fromage mais je n’arrive pas à me forcer.
    Vers 9h je commence à avoir faim, je mange une barre protéinée mais je continue à avoir faim toute la matinée. Et mes collègues déjeunent très tard. Donc je grignote sans arrêt au boulot.
    J’ai profité des vacances pour essayer différents trucs : les oeufs au jambon passent bien en se levant un peu plus tard, mais j’ai quand même faim 4-5h après.
    En fait ce qui marche le mieux est de ne pas manger du tout le matin: de façon étonnante la sensation de faim finit par s’atténuer et je tiens sans problème jusqu’à 13h. Inconvénient : je ne me sens quand même pas très en forme.
    Je me demande si manger un petit truc le soir avant de se coucher n’aiderait pas à sauter le petit déjeuner ?

  3. Gourmandise sans frontières
    Gourmandise sans frontières dit :

    Bien d’accord, tout corps, toute personne est différente et a un mode de vie différent, ceux qui se lèvent très tôt, ceux qui ont un boulot physique, ceux qui sont très sportifs, ceux qui n’ont jamais faim ou l’inverse. Perso, j’ai fait comme tout le monde à l’adolescence, les petits déj archi sucrés « français » avalés en quantité astronomique, la moitié du sachet de céréales, 10 tartines de pain blanc beurre nutella/confiture, 1/2 litre de lait…A l’époque ils sont passés comme une lettre à la poste (la croissance :)) C’est en voyageant que je me suis rendu compte de l’inutilité du petit déj à la française : croissant, biscottes, confitures etc, c’est juste gourmand mais ce sont des calories vides, comparées aux déj plus protéinés des voisins (oeufs, poisson..). Maintenant, je ne prends un repas de petit-déj uniquement s’il y a 4heures d’écart avec le repas de midi (sinon pas faim à midi) et si je vais faire une activité physique, genre randonnée. Sinon, je prends juste une collation. Je me suis toujours fait la remarque qu’au petit déj, on ne mangeait pas de légumes (sauf en Asie!), alors je préfère cuisiner un bon repas équilibré complet pour midi, enfin vers 11h45, un petit-grand-déj tardif 😉
    Un petit conseil pour les gens qui ont une faim de loup à midi, essayez les légumineuses au petit-déj : galettes de lentilles, crème de haricots blancs, purée de pois chiche etc. Avec des flocons d’avoine par exemple, effet rassasiant assuré !

  4. Frédérique
    Frédérique dit :

    Je cherche encore Ariane !
    Je prends des céréales non sucrées (flocons de quinoa ou sarrasin, riz soufflé ou flocons de riz, pétales de mais, graines de courges, lin, quelques amandes ou noisettes ou cajou, des raisins secs) avec du lait végétal et parfois du raisin ou de la banane coupée ou des myrtilles ou des poires, et parfois je complète avec du pain de riz, de sarrasin (oui je fais du sans gluten en ce moment, mais c’était vrai avec gluten aussi) avec de la purée d’amandes. Le tout vers 7.00 et à 10.30/11.00 j’ai la dalle !
    Je vais essayer le riz sauté avec des légumes verts, ce sera peut être mieux…

  5. Magali
    Magali dit :

    Merci pour cet article sur un sujet d’actualité. Pour moi le petit-déjeuner est une énigme: j’ai faim en me levant, et de toute façon je n’envisage pas de sauter ce seul moment de convivialité avec les enfants. Je mange soit des céréales genre muesli, avec quelques fruits secs, du lait, un café au lait, parfois un fruit frais; soit du pain (blanc, aux graines, semi-complet etc) avec du beurre et de la confiture le WE quand on a plus de temps. Et c’est toujours la même chose: j’ai faim une heure après ! Puis la faim s’estompe, et revient pour le déjeuner. J’ai l’esprit occupé par mon boulot, donc je pense vraiment que ce n’est pas de la « fausse » faim, mon estomac gargouille vraiment. Des idées?

  6. dalva
    dalva dit :

    je prends toujours un petit-déjeuner (beaucoup de thé, galettes de riz et confiture) et j’aime bien le petit creux de 11 heures ! L’occasion de faire une mini-pause, d’aller chercher un café, à déguster avec un carré de chocolat.

  7. Anne Laure
    Anne Laure dit :

    Merci Ariane pour ce sujet… Moi je fais partie des gens qui ont vraiment faim en se levant, et encore vraiment faim à 11h (mais l’après midi ça se tasse, heureusement !). J’ai observé que l’une de mes filles est comme moi, alors que l’autre, à l’image de son père, pourrait tout à fait se passer de petit déjeuner. De mon côté pour éviter cette fameuse fringale de 11H j’ai essayé beaucoup de solutions : flocons d’avoine, yaourt de soja, tartine de fromage frais… le jambon je le trouve trop salé au petit déjeuner (alors qu’il ne me fait pas la même sensation à un autre repas). J’ai remarqué que ce qui marche le mieux c’est de prendre du pain très dense, l’idéal étant celui au petit épeautre ; avec un peu de beurre ou de fromage dessus, du thé et une compote peu sucrée, c’est parfait ! Mais quand j’ai très faim à 11h je prends parfois une petite collation (sinon c’est très dur de tenir jusqu’au déjeuner… et le préparatif du déjeuner peut devenir fatal !) : un bout de pain avec dessus une petite préparation à base de légume (esprit houmos, on trouve plein de sorte différentes dans les rayons conserves ou apéritifs des magasins, à base d’aubergine, de carotte…) – l’autre solution, quand je n’ai pas de contrainte sociale, étant de déjeuner très tôt !

  8. Martine
    Martine dit :

    J’aime toutes sortes de petit déjeuner…sucré, salé…
    Celui que je prends en ce moment me convient assez bien: du pain au levain assez dense ou du pain de seigle que je déguste toasté avec une lichette de beurre et une tranche de jambon, et un fruit.

  9. sarah
    sarah dit :

    Je n’ai pas faim quand je me lève tôt et donc pars souvent travailler sans petit-déjeuner tenant parfois jusqu’à midi ou bien avec un café et un fruit ou un biscuit vers 10h. Quand je me déplace en vélo je mange des pâtes la veille au soir et j’avale un smoothie au réveil. Ca me cale bien et ça me convient comme source d’énergie (40 cl de fruits mixés parfois avec un yaourt).
    Quand je me lève plus tard, j’apprécie des tartines de pain/beurre salé ou confiture ou chèvre frais, un verre de jus de fruits voire des fruits.
    En fait j’aime petit-déjeuner quand j’ai le temps et que c’est un repas pris dans la détente, sans regard sur l’horloge. Je m’en passe sinon. J’adore les formules brunch mais j’apprécie tout autant un simple croissant et un café en terrasse.
    Mon fils a autant de mal que moi les jours d’école où l’on se lève tôt. Je ne le force pas car il a un fruit pour sa pause de 10h au cas où. Les smoothies maison passent bien. Mais ni tartines ni bols de céréales tôt le matin.
    Et comme Anne-Laure je compense ces petits-déjeuners sautés en mangeant tôt autant que possible le midi.

  10. Blanche
    Blanche dit :

    J’ai essayé toutes sortes de petits déjeuners, même en repas déshydraté. Une chose que j’ai constaté, mais chaque personne est unique, c’est que je ne dois pas manger de sucre rapide avant midi (exit confiture, miel, sucre, nutella…) sinon je fais un genre de malaise vers 11 h tellement j’ai faim. Pour l’instant j’ai trouvé mon petit déjeuner idéal (parce que j’ai faim à 6 h 30 lorsque je me lève): 40 g de pain avec du beurre allégé, 30 g de flocon d’avoine avec un yaourt, un grand bol de tisane et un fruit (kiwi la plupart du temps).
    J’ai parfois dû, pour des raisons indépendantes de ma volonté, sauter le petit déjeuner, et je me retrouve avec un mal de tête carabiné juste avant midi, mal de tête qui ne passe même pas lorsque je mange le repas de midi. Je préfère éviter.

  11. Delphine
    Delphine dit :

    Effectivement, c’est un vrai problème ce petit déjeuner pris à « contre rythme » les jours de travail : je n’ai pas faim à l’heure adéquate, mais je ne peux pas démarrer la journée et conduire sans avoir un peu mangé, je me sens trop molle !
    Actuellement, je prends vers 7h des tartines de pain complet avec de la pâte de noix de cajou, et un jus de fruit… et j’ai faim à 10h !!

  12. julie
    julie dit :

    Bonjour,
    je n’ai pas trouvé non plus le petit dej idéal, j’ai rapidement faim le matin en me levant donc je déjeune d’une orange, un yaourth,un bol de thé ou tisane et un paquet de ptit dej ou des céréales complètes que je mélange au yaourth, tout ceci ne m’évite pas la faim de fin de matinée. En fait je crois que ça dépend de ce que je mange le soir et si j’ai eu une activité physique la veille aussi.
    Mais le café tartine confiture ça ne me tente pas, le pire reste la baguette le matin, je la digère toute la matinée… j’ai des sensations de ballonnements.

  13. Ariane
    Ariane dit :

    @la semaine d’une gourmette merci ! en effet, l’important est de s’écouter plutôt qu’écouter des règles générales et de faire des expériences pour trouver ce qui nous convient.
    @nathalie je vous suggère de faire des tests pour trouver ce qui vous va le mieux et être en forme. Et par ailleurs, manger un petit dej en deux fois si c’est le mieux (un peu très tôt + un en-cas dans la matinée) n’est « grignoter sans arrêt »…
    @gourmandises sans frontières en effet, ne restons pas scotchés sur nos habitudes !
    @Frédérique @Magali peut-être faites-vous partie des personnes qui auraient besoin d’un petit déjeuner salé (mais avec apport d’un aliment riche en protéines, oeuf, fromage, jambon…), avez-vous testé ? Ou est-ce que votre dîner est vraiment trop léger ?
    @dalva @Martine si cela vous convient, tant mieux !
    @Anne-Laure impeccable, la collation de 11 heures n’est surtout pas interdite quand on se connait bien et qu’on sait que c’est le mieux pour soi
    @Sarah vive la variété et l’adaptation à son rythme et ses envies !
    @Blanche vous êtes l’exemple de ce je décris et c’est mieux de respecter vos besoins. Le mal de tête est une indication de forte faim car votre cerveau réclame son carburant. Pour ne pas être prise au dépourvu dans ce type de circonstances, prévoyez un en-cas.
    @Delphine @julie continuez à faire des tests pour trouver ce qui est compatible avec votre rythme mais en effet, ne faites pas un dîner trop léger

  14. emilie
    emilie dit :

    33 ans et j’ai presque trouvé le petit dej’ idéal mais je m’en rapproche: pain plutôt céréales ou semi complet, beurre, fromage, jambon et qq crudités. je tiens jusqu’a 11h-11h30, et comme je déjeune à midi pétantes les jours de boulot, ça passe.
    le seul inconvénient c’est que je petit déjeune en 20 min… un peu plus long que le bol de flocons d’avoine! pour les œufs je varie les plaisirs, durs, mini ommelette au fromage ou œuf au plat.
    mais là, à 4 mois de grossesse… ça ne suffit pas! j’ai faim mais suis vite rassasiée, donc je mange un peu moins que hors grossesse, et j’ai faim plus tôt. j’ai un risque de diabète gestationnel, donc j’essaye de faire attention au sucre: pas facile au boulot pour trouver des encas non sucrés!
    mais je suis qq1 qui a faim au réveil, impossible pour moi de se passer de petit dej’, c’est un repas que j’adore en plus le week end, quand on peu prendre son temps et lire le journal.. .
    j’ai trouvé étrange cet article sur le petit déjeuner qui ne serait pas si important que ça. une fois de plus, c’est un article qui brouille un peu plus le message. difficile de s’affranchir de toutes ces directives alimentaires…

  15. Ariane
    Ariane dit :

    @emilie il est normal au bout de quelques mois de grossesse d’avoir davantage faim et donc par exemple de prévoir un en-cas en cours de matinée pour ne pas arriver au repas affamée : il faut continuer à écouter sa faim et elle va aller croissant ! L’en-cas peut être quelques amandes, une compote, des biscuits peu sucrés, un morceau de pain…

  16. annick
    annick dit :

    Je n’aime pas le petit déjeuner
    Il faut déjà que je me réveille alors si en plus il faut que je me prépare un petit déjeuner !
    Donc c’est un fruit et un yaourt par ce que c’est frais et du café à 11h : impec pour les petits creux
    Et si j’ai le temps, le WE, je me prépare un très bon café avec 2 petites tartines au beurre demi sel
    ou un thé vert et des fruits frais en fonction de mon humeur
    Je n’aime pas les brunchs non plus parce qu’il y a trop de nourriture pour moi Je préfère sauter le petit déj si je me lève tard et faire un déjeuner léger

  17. Miss Alfie
    Miss Alfie dit :

    J’ai longtemps zappé le petit déjeuner car, comme vous l’écrivez, j’avais plus faim en mangeant qu’en ne prenant qu’un thé !
    Et puis avec le suivi de la diététicienne, je me suis mise aux petits déjeuners salé : pain aux céréales ou pain complet, laitage (fromage blanc ou fromage), charcuterie, éventuellement oeufs si j’ai le temps et l’envie. Sans apport de sucres rapides, je tiens jusqu’à 11h30 assez facilement même si un brin de faim se fait sentir. Je n’ai en tout cas plus de symptômes d’hypoglycémie comme avant.
    Pendant les 2 semaines en Ecosse, nous avons beaucoup apprécié les breakfast traditionnels malgré leur dose de gras ! En tout cas, nous ne faisions que 2 repas : le petit déjeuner très copieux et un dîner assez tôt (17h-18h). De l’importance de s’écouter !

Les commentaires sont désactivés.