Ariane Grumbach - L'art de manger

Si vous avez des festivités en vue, amicales, familiales, en petit comité ou grande tablée, surtout pensez au plaisir de passer un bon moment et pas aux kilos que vous pourriez prendre. Je suis triste quand je vois des personnes avoir cette pensée inquiète en premier. Si vous mangez trop dans cette période, ce qui est fréquent, ce surplus se régulera naturellement par la suite. Voici toutefois quelques conseils pour que l’inconfort de repas lourds à répétition ne gâche pas la gourmandise de savourer des mets délicieux.

Probablement, je me répète un peu d’année en année. Quelque chose d’un peu nouveau depuis quelque temps toutefois, c’est la plus grande variété des habitudes alimentaires et leur affirmation en toute circonstance :

– Si certains des convives ne sont plus omnivores, soyez tolérant(e) si ce n’est pas vous qui refusez un plat et soyez un peu souple si c’est possible et rassurez aussi les hôtes sur le fait que vous n’allez pas mourir de faim si c’est vous qui ne voulez pas du chapon pour cause de néo-végétarisme ou de la bûche riche en gluten…

Ne vous affamez pas en amont, ne sautez pas de repas, vous risquez d’être mort(e) de faim deux heures avant le repas… Pensez à l’heure à laquelle vous allez dîner/déjeuner réellement pour ne pas vous jeter sur l’apéritif, en le regrettant ensuite devant les plats tentants du repas lui-même.

– Informez-vous sur le menu pour privilégier les plats que vous préférez et manger peu ou pas de ceux qui vous sont indifférents ou que vous pouvez facilement manger à d’autres moments par exemple le fromage, le pain.

– Pensez que vous n’êtes pas obligé(e) de vous resservir, qu’on n’est pas obligés de finir les plats…

Affirmez-vous gentiment si on vous sert trop généreusement : parlez de votre faim qui diminue, annoncez votre envie de garder une place pour le dessert. Et surtout, montrez votre appréciation en commentant avec enthousiasme et précision certains plats.

Fotolia_ futoshiMayuga.jpg

– Si vous avez trop mangé, ne vous forcez pas à vous remettre à table à heure fixe si vous n’avez pas faim, essayez d’attendre le retour de la faim. Si vous y êtes obligé(e), mangez peu.

– Si vous avez des restes, ne vous forcez pas à tout manger dès le repas suivant, voyez ce qui peut se garder, se congeler, se transformer

– Si le moment est pesant, stressant du fait de relations peu sereines avec les autres convives, je sais que cela arrive, soyez à l’écoute de ce que vous ressentez, de ce qui se passe en vous et essayez, si possible, de ne pas vous réfugier dans le trop-plein de nourriture.

– Quels que soient l’intérêt ou la qualité des échanges, essayez d’être attentif(ve) au goût des plats pour en retirer le maximum de plaisir. Participez aussi aux conversations entre les plats : la convivialité est une part essentielle de ces moments et être plongé(e) dans les échanges vous évitera de vous resservir pas simple inaction. Si vraiment vous vous ennuyez, que vous ne raffolez pas de ces repas à rallonge, proposez d’aider au service, cela vous permettra d’être un peu actif(ve).

Et ne vous inquiétez pas : quelques excès ponctuels  n’ont pas d’impact durable sur votre poids surtout si vous vous écoutez et évitez les sensations désagréables de repas vraiment trop lourds/copieux.

On peut relire mes conseils d’il y a un an

Si vous êtes seul(e), peut-être faites-vous un repas particulier dans sa composition ou pas du tout, vous préférez traiter ces moments de façon banale. Quelque soit votre choix, vous pouvez (re)lire ces réflexions sur manger seul(e).

Belle fin d’année !

Illustration © Fotolia / Futoshi Mayuga

 

4 réponses
  1. Caroline
    Caroline dit :

    Quand on est gourmande, ce n’est pas toujours facile de renoncer à une petite tranche de foie gras ou une part de buche supplémentaire, voire les deux 😉 mais l’important est d’y prendre du plaisir, effectivement.
    Pour ma part, je préfère renoncer durant cette période à l’alcool et au fromage pour profiter des mets que je ne consomme pas le reste de l’année. Ca permet d’alléger la note calorique finale et d’épargne quelque peu son estomac et son foie. Bonnes fêtes !

    Répondre
  2. Ariane
    Ariane dit :

    Exactement, je suggère souvent de faire l’impasse sur les aliments qu’on mangera facilement le reste de l’année comme le fromage. Très belle année !

    Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.